Le Premier ministre chinois Li Keqiang a souhaité mettre en place une série de négociations avec les Etats-Unis, rappelant la promesse de son gouvernement d’un accès facilité au marché chinois pour les entreprises américaines.

Lors d’une conférence à laquelle participaient plusieurs dirigeants de grandes entreprises mondiales, Li Keqiang a expliqué que la Chine traiterait à égalité les firmes chinoises et étrangères. Ce dernier a également assuré que le gouvernement n’obligerait pas ces dernières à transférer des technologies.

Beijing tente coûte que coûte la négociation

Li Keqiang a réitéré l’intention du gouvernement de renforcer la protection de la propriété intellectuelle, afin de convaincre Washington de sa bonne foie. Beijing espère ainsi éviter une guerre commerciale.

Face à la volonté de la Chine d’entamer des négociations, les Etats-Unis ont demandé à la Chine d’abaisser ses droits de douane sur les voitures américaines, d’acheter davantage de semi-conducteurs américains et de faciliter l’accès de leurs entreprises à son secteur financier, selon le Wall Street Journal, cité par l’agence de presse britannique, Reuters.

Ces exigences ont été transmises dans une lettre adressée la semaine dernière par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et le délégué au Commerce, Robert Lighthizer, au nouveau vice-Premier ministre chinois, Liu He, chargé des questions économiques.

Li Keqiang a indiqué que «pour ce qui concerne les déséquilibres commerciaux, la Chine et les Etats-Unis devraient adopter une attitude pragmatique et rationnelle, promouvant un rééquilibrage par le développement de leurs échanges et s’en tenant à des négociations pour résoudre leurs différends et résorber les frictions».

Le gouvernement chinois reste prêt à riposter

Pour réduire le déficit commercial des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine, de 375 milliards de dollars (307,5 milliards d’euros) l’an dernier, le président Donald Trump a d’abord annoncé des droits de douane sur les importations américaines d’acier et d’aluminium.

Il a ensuite visé plus précisément la Chine en dévoilant un projet de taxes supplémentaires pouvant frapper jusqu’à 60 milliards de dollars (49,2 mds €) de produits chinois. De son côté, la Chine a évoqué la possibilité de droits de douane sur 3 milliards de dollars (2,46 mds €) d’importations en provenance des Etats-Unis.

Cité par Reuters, Alex Wolf, économiste spécialiste des marchés émergents chez Aberdeen Standard Investments, a expliqué que «la Chine pourrait faire pression sur les Etats-Unis en ciblant les grandes multinationales américaines réalisant une part importante de leur chiffre d’affaires sur son territoire».

Ainsi les multinationales Apple, Microsoft, Starbucks, GM, Nike, pourraient être concernées par les représailles de la Chine. Celle-ci pourrait aussi mettre en place de nouveaux règlements, des inspections, des interdictions de déplacements, des suppressions de licences d’exportation pour des biens intermédiaires, des relèvements de taxes ou encore leur exclusion des marchés publics, a souligné Alex Wolf.

Chine vs Etats-Unis : la guerre commerciale a commencé