Par Christian Lang – Le pays le plus peuplé du monde fait face à la pollution de ses agglomérations. L’Empire du Milieu s’active pour rendre ses mégalopoles respirables.

Comme le relève Notre Planète, site spécialisé dans la diffusion d’informations sur le devenir et l’état de la planète terre et de ses habitants, «régulièrement, la Chine est confrontée à d’importants épisodes de pollution atmosphérique mais aussi à une pollution chronique délétère : l’ensemble régional du sud-est asiatique est le plus touché par la mortalité due à la pollution de l’air. Et pour cause, la Chine est l’un des pays les plus urbanisés au monde avec plus de 800 millions de citadins, en constante augmentation : le milliard devrait être atteint en 2030.»

L’urbanisation à outrance ne va donc pas sans conséquences, l‘environnement subissant le contrecoup du développement économique. Pour inverser la tendance, la Chine est en train de se réorienter vers un modèle qui concilie le développement économie et la préservation de l’environnement. Un modèle de développement moins destructeur et moins polluant du cadre de vie. A ce jour, la Chine est le plus grand marché des véhicules électriques.

Le pays est ainsi le plus grand marché mondial du véhicule électrique grâce aux subventions accordées par le gouvernement. Selon les chiffres de l’AIE, 336 000 nouvelles voitures électriques ont été immatriculées en Chine en 2016 », comme le précise le Quotidien du peuple cité par Notre Planète. Les véhicules électriques sont moins polluants que ceux utilisant les carburants à base de dérivés de pétrole.

300 villes forestières

La Chine multiplie des initiatives pour juguler durablement la pollution urbaine. Début juillet 2018, l’administration des forêts et des prairies de la Chine a ainsi annoncé le verdissement de 300 villes d’ici à 2025. «Depuis 2004, plus de 200 villes de 18 provinces participent au plan de développement des villes forestières», relève Notre Planète. Il est question d’augmenter la couverture végétale et de renforcer la protection des ressources écologiques des centres urbains concernés.

Par la plantation d’arbres, les objectifs visés sont : la captation de la pollution atmosphérique ; la séquestration de carbone ; l’augmentation de la biodiversité ; la réduction des inondations urbaines ; la diminution de chaleur, tout en rendant le cadre de vie plus agréable. «Dans le cadre du plan chinois, la région de la mégalopole Pékin-Tianjin-Hebei – connue sous le nom de Jing-Jin-Ji – forte de plus de 100 millions d’habitants, fait l’objet d’une importante opération de reboisement qui mobilise notamment l’Armée Populaire de Libération», informe Notre Planète.

Les centres urbains situés le long du fleuve Yangtse et les régions frontalières seront prioritaires. «Le développement des villes forestières contribuera à notre plan national de construction d’une Chine magnifique d’ici 2035. Nous devons améliorer la sensibilisation du public à la protection écologique et obtenir plus de soutien du public», a déclaré Peng Youdong, chef adjoint de l’administration lors de la conférence annuelle Eco Forum Global Guiyang le 6 juillet à Guiyang, dans la province du Guizhou dans un extrait publié par Notre Planète.

Christian Lang, journaliste.

Diplômé de l’école de journalisme de l’université Yaoundé 2. Christian Lang est spécialisé dans le traitement des faits politiques et économiques. J’ai eu à travailler dans plusieurs journaux camerounais et gabonais.