Le président chinois Xi Jinping a indiqué le 22 mars que son pays était prêt à travailler avec Pyongyang pour «préserver la paix et la stabilité» dans la péninsule coréenne, dans un message au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Les déclarations du président Xi, transmises lors d’un échange avec l’ambassadeur de Corée du Nord en Chine, interviennent peu après la visite à Séoul de deux hauts responsables américains, le secrétaire d’État Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, qui a suscité la colère de la Corée du Nord.

Récemment, la Corée du Nord avait averti qu’elle ne changerait pas de position avec les États-Unis tant qu’ils ne renonceraient pas à leur «politique hostile» envers elle, alors que Antony Blinken et Lloyd Austin étaient à Séoul, pour renforcer les liens de Washington avec ses partenaires traditionnels en Asie. Le but des américains est de construire une alliance pour faire face à la Corée du Nord et à l’influence croissante de la Chine.

Kim Jong-un a également transmis un message à Xi Jinping – par l’intermédiaire de l’ambassadeur nord-coréen, a indiqué l’agence de presse Xinhua. Ce dernier a fait part de la «position inébranlable» de la Corée du nord, pour renforcer les relations avec la Chine.

Il a affirmé dans son message que le PTC, le peuple de la RPDC et lui-même « souhaitaient fermement renforcer et développer les relations RPDC-Chine à un niveau que le monde entier puisse envier, tout en promouvant la cause socialiste avec amitié et solidarité ».

Kim Jong-Un a également ajouté que son pays « est convaincu que les relations amicales bilatérales seront élevées et approfondies conformément aux exigences de l’époque ainsi qu’aux aspirations, aux souhaits et aux intérêts fondamentaux des deux peuples ».

Cet échange, le premier depuis janvier 2021, intervient aussi après des discussions américano-chinoises en Alaska, les premières depuis l’élection du nouveau président américain, Joe Biden.

Lire aussi : La Chine et les Etats-Unis se rencontrent pour évoquer leurs désaccords

Le président Xi Jinping a également déclaré que la Chine était «prête à travailler avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et d’autres parties concernées pour soutenir un règlement politique de la question de la péninsule coréenne et préserver la paix et la stabilité dans la péninsule», a rapporté l’agence Xinhua.

Les pourparlers entre Washington et Pyongyang sont au point mort depuis le fiasco du sommet de Hanoï début 2019 entre l’ancien président américain Donald Trump et Kim Jong-un.

La Corée du nord et les Etats-Unis n’étaient pas parvenus à s’entendre sur le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen en échange d’une levée des sanctions économiques internationales.

La Corée du Nord reste soumise à des sanctions internationales et le pays est encore plus reclus depuis la fermeture de ses frontières en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

La nouvelle administration américaine va réexaminer sa politique à l’égard du Pyongyang. Mais à l’issue de la rencontre des hauts responsables américains avec leurs homologues sud-coréens, Antony Blinken a réitéré l’objectif américain de «dénucléarisation de la Corée du Nord».