Le gouvernement a annoncé que les plus hauts dirigeants de 37 pays, ainsi que des représentants de la Corée du Nord, allaient participer au prochain Sommet des Nouvelles routes de la Soie, du 25 au 27 avril.

Lancée en 2013, l’initiative officiellement nommée « la Ceinture et la Route » vise à consolider et promouvoir les liaisons entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Elle prévoit notamment le financement d’infrastructures terrestres et maritimes pour plus de 1.000 milliards de dollars (880 mds €).

Le projet divise les Européens : la Suisse, l’Italie, la Grèce et plusieurs pays de l’Est ont signé un accord de participation. Tandis que les Etats-Unis et ses principaux alliés, craignent de voir Beijing étendre son influence politique et économiques.

L’Italie est devenue en avril le premier membre du G7 à rejoindre l’initiative chinoise et fera partie des 37 nations, dont la Grèce, la Suisse, l’Autriche, la République tchèque, des pays traditionnellement alliés avec la Chine comme la Russie, ou encore de nombreux pays asiatiques. La France sera représentée par son chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian, tandis que Washington a déjà indiqué qu’ils n’enverront aucun haut responsable.

Le ministre des affaires étrangères, Wang Yi a déclaré que la Corée du Nord enverrait une délégation. « Cela est tout à fait normal car il s’agit d’une initiative de coopération économique. Tous les pays sont libres d’y participer », a souligné le ministre. Il n’a cependant pas précisé si le président nord-coréen Kim Jong Un participerait ou non au sommet.