La croissance économique de la Chine en cette période de pandémie constitue une impulsion positive pour l’économie mondiale, a estimé Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Locaux du FMI

Kristalina Georgieva a souligné que la croissance de la Chine « pourrait particulièrement profiter aux exportateurs de produits de base et aux pays connectés à l’économie chinoise par le biais des chaînes de valeur mondiales ».

Les dernières prévisions du FMI pour l’économie chinoise sont basées sur les mesures « décisives » prises par ce pays pour contenir le nouveau coronavirus et la « forte impulsion » donnée à son économie, a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse virtuelle à l’occasion des réunions annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du FMI.

Dans son dernier rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale publié mardi, le FMI a prévu cette année une contraction forte de l’économie mondiale de 4,4%, mais une croissance de l’économie chinoise de 1,9% pour la même période, soit 0,9 point de pourcentage de mieux que ses prévisions de juin.

« Quand on regarde les données ventilées, le secteur manufacturier se porte mieux, alors que les services, en particulier ceux impliquant du contact, sont encore plus contraints », a souligné la directrice du Fonds.

Malgré cela, la croissance chinoise constitue « une impulsion positive pour l’économie mondiale », a estimé Kristalina Georgieva.

Cette dernière a indiqué que la Chine est particulièrement importante pour les pays exportateurs de métaux et d’autres matières premières, car la demande de la Chine a représenté « un soulagement dont on avait bien besoin », avec des prix des matières premières aujourd’hui à la hausse.

La croissance de la Chine est également importante pour les pays qui sont connectés à l’économie chinoise par le biais de chaînes de valeur mondiales, car la demande de la Chine demeure un moteur de croissance, a-t-elle ajouté.