mardi, juillet 16

La déclaration du G7 est «pleine d’arrogance, de préjugés et de mensonges» selon la Chine

La Chine a été la cible de virulentes critiques de la part des dirigeants du G7, provoquant une réaction vive de la part de Pékin. «La déclaration du sommet du G7 a une fois de plus manipulé les questions liées à la Chine, a calomnié et attaqué la Chine, a répété des clichés qui n’ont aucune base factuelle, aucune base juridique et aucune justification morale, et qui sont pleins d’arrogance, de préjugés et de mensonges», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lin Jian, lors d’un point de presse régulier.

La Chine a été la cible de virulentes critiques sur différents sujets (commerce, diplomatie, technologie, Taïwan, mer de Chine méridionale) de la part des dirigeants du G7 (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon) réunis à Borgo Egnazia, près de Bari, dans le sud de l’Italie. Pékin a alors réagi le 17 juin en accusant la déclaration finale des dirigeants du G7 d’être une attaque direct contre son gouvernement et dont les propos « sont pleins d’arrogance, de préjugés et de mensonges ».

Critiques virulentes contre la Chine

Tout en disant « aspirer à des relations constructives et stables avec la Chine » dont ils reconnaissent « l’importance dans le commerce mondial », les dirigeants du G7 ont fait part de leur préoccupation face aux « politiques et pratiques hors marché » qui entraînent des « conséquences au niveau mondial, des distorsions de marché et une surcapacité néfaste dans un nombre croissant de secteurs ».

Le G7 a aussi exhorté Pékin à « s’abstenir de (…) mesures de contrôle des exportations, en particulier sur les minerais critiques, qui pourraient générer des perturbations significatives de la chaîne d’approvisionnement mondiale », alors que le pays impose des restrictions sur les exportations de minerais cruciaux pour des secteurs comme les véhicules électriques et les télécoms.

Le G7 a également évoqué dans son projet de déclaration l’aide chinoise à l’effort de guerre russe, la situation militaire et diplomatique dans la zone « indopacifique » avec en point de mire les contentieux territoriaux entre Pékin et ses voisins, dont Taïwan, et la sécurité des voies maritimes en mer de Chine méridionale.

« Nous appelons la Chine à cesser de transférer (…) des composants d’armes et des équipements qui alimentent le secteur de la défense russe », indique la déclaration.

La Chine remet en question le G7

« Le G7 ne représente pas le monde », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lin Jian. Ce dernier a indiqué que « le G7 s’est depuis longtemps éloigné de son objectif initial, à savoir la coordination pour la stabilité de l’environnement économique mondial, et est devenu de plus en plus un outil politique destiné à perpétuer la suprématie des Etats-Unis et de l’Occident. Il place ses propres règles et décisions au-dessus des objectifs et des principes de la Charte des Nations Unies et du droit international, et a perdu sa capacité à représenter le monde et sa crédibilité au sein de la communauté internationale ».

« Tout en prétendant sauvegarder la paix dans le monde, le G7 ne cesse de tracer des lignes de démarcation en fonction des différences d’idéologie et de valeurs, d’exagérer le faux récit de la ‘démocratie contre l’autocratie’, de former des groupes exclusifs et d’inciter à la confrontation des blocs, d’attiser les flammes et de se soustraire à ses responsabilités dans les conflits régionaux, d’envoyer des navires et des avions militaires en Asie-Pacifique pour créer des tensions et d’armer Taiwan pour menacer la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan« , a-t-il poursuivi lors d’un point presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *