Orpathys (savolitinib) de Hutchmed (China) Limited est maintenant lancé en Chine pour les patients atteints de cancer du poumon et d’altérations de l’exon 14 MET qui ont progressé après un traitement systémique antérieur ou qui ne peuvent pas recevoir de chimiothérapie.

Orpathys (savolitinib) est un ITK (inhibiteurs de tyrosine kinases) MET (metabolic equivalent of task) en prise oral, puissant et hautement sélectif qui a démontré une activité clinique dans les tumeurs solides avancées.

En juin 2021, la Chine est devenue le premier pays au monde à approuver la molécule expérimentale, savolitinib. Cependant, comme on l’a vu avec quelques autres premières approbations en Chine, les sociétés de biotechnologie chinoises ont commencé à demander une approbation nationale avant de se développer sur d’autres marchés, a déclaré GlobalData, une société de données et d’analyse de premier plan.

L’approbation du savolitinib fait suite à une désignation d’examen prioritaire par le Center for Drug Evaluation of China’s National Medical Products Administration (NMPA) sur la base des résultats positifs d’un essai de phase II à un seul bras mené en Chine chez des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC ) avec cette mutation, y compris les patients du sous-type PSC. Hutchmed a un partenariat avec AstraZeneca pour la commercialisation d’Orpathys en Chine.

Le dernier rapport de GlobalData, «Non-Small Cell Lung Cancer – Epidemiology Forecast Report to 2029», révèle que les cas incidents diagnostiqués de NSCLC dans la Chine urbaine devraient passer de 0,3 million en 2019 à 0,46 million en 2029, au taux de croissance annuel le plus élevé (AGR) de 5,32 %.

Orpathys devient le troisième médicament au monde et le premier médicament en Chine à être approuvé dans la classe des inhibiteurs de la tyrosine MET.

Les concurrents potentiels incluent l’inhibiteur MET de Merck KGaA, Tepmetko (tepotinib), qui est le premier médicament de cette classe à avoir été approuvé dans le CPNPC MET-positif, avec l’approbation japonaise en mars 2020, et l’approbation de la FDA américaine en février 2021.

De plus, Novartis Tabrecta (capmatinib) devient le deuxième médicament de cette classe avec l’approbation de la FDA américaine en mai 2020.

Pour Bhavani Nelavelly, analyste pharmaceutique chez GlobalData, «le saut de l’exon 14 MET s’avère être un facteur oncogène chez les patients atteints de NSCLC, et l’approbation dans un segment hautement sélectif de patients NSCLC cible la mutation courante mais difficile où il existe un besoin élevé non satisfait. La Chine a un énorme fardeau oncologique à gérer, avec le plus grand nombre de patients atteints de cancer au monde. Cette approbation est un témoignage de plus des réformes politiques du gouvernement chinois encourageant le développement de médicaments oncologiques innovants. La Chine a fait des progrès critiques dans la gestion du fardeau avec l’accélération du développement de médicaments innovants».

AstraZeneca a déjà une forte présence sur le marché chinois de l’oncologie, et la commercialisation d’Orpathys renforcera encore son portefeuille d’oncologie. Cela signifie en outre la forte concentration d’AstraZeneca sur le marché chinois.

De plus, AstraZeneca et Hutchmed explorent le savolitinib dans une gamme de cancers où les altérations MET sont des moteurs de la croissance tumorale.

Bhavani Nelavelly a indiqué que «dans le passé, il y avait plusieurs accords entre une entreprise nationale et une entreprise occidentale, où les capacités commerciales de l’entreprise occidentale étaient mieux utilisées pour stimuler l’accès global au marché du médicament. Orpathys est mieux placée pour tirer parti de l’expérience commerciale d’AstraZeneca en Chine, car AstraZeneca possède une solide expérience de la commercialisation pour son propre portefeuille de cancer du poumon composé d’une large gamme de médicaments, notamment Imfinzi, Iressa et Tagrisso. AstraZeneca a enregistré une croissance de 10 % de ses ventes sur le marché chinois pour l’exercice 2020, avec une croissance notable des ventes de Tagrisso et Imfinzi».