L’arrivée d’Alibaba en Belgique est en débat

par | Mai 19, 2021 | Europe, MONDE

L’installation prochaine à l’aéroport de Liège du géant chinois du commerce en ligne Alibaba serait un risque d’accès à « des zones sensibles » du territoire par les services de renseignement de Pékin, selon le ministre belge de la Justice.

Le ministre Vincent Van Quickenborne a indiqué que la législation en Chine «oblige toutes les entreprises (du pays) à coopérer avec les agences de renseignement chinoises. Des entreprises comme Alibaba sont tenues d’ouvrir des postes au sein de l’entreprise à leurs agents».  

Ce dernier a tenu ses propos devant une commission parlementaire, au moment où les tensions politiques entre l’UE et la Chine sont extrêmement tendues, si bien que l’accord bilatéral sur les investissements est remit en cause.

Lire aussi : Le parlement belge interpellé par le sort des Ouïghours en Chine

La législation en Chine, a affirmé le ministre, «oblige toutes les entreprises (du pays) à coopérer avec les agences de renseignement chinoises. Des entreprises comme Alibaba sont tenues d’ouvrir des postes au sein de l’entreprise à leurs agents».

Il a également indiqué que «concrètement, ceux-ci pourraient avoir accès aux zones sensibles et sécurisées de l’aéroport ou aux données commerciales et personnelles détenues par Alibaba».

Vincent Van Quickenborne a répondu aux questions du député Ecolo Samuel Cogolati, concernant l’arrivée à Liège d’une filiale d’Alibaba pourrait permettre d’y « déployer des espions chinois ».  

Sans détour, le ministre a évoqué les avis de la Sûreté de l’Etat, le service de renseignement civil en Belgique, qui «met en garde contre l’utilisation de dossiers économiques pour exercer une pression politique».

«La législation chinoise permet un contrôle étatique serré sur les entreprises privées, dont Alibaba. Vu sa taille, Alibaba a un comité du PCC (Parti communiste chinois) en son sein, dont la tâche est de veiller à ce que les politiques du parti soient suivies», a-t-il.

Concernant l’accord de 2018 avec les autorités locales en Wallonie, Cainiao, filiale fret d’Alibaba, doit transformer en plateforme logistique un espace situé prés de l’aéroport de Liège.

Les travaux sont en voie de « finalisation » et le centre de distribution devrait être opérationnel « fin 2021 », ont précisé les autorités de la Région wallonne. Alibaba compte faire de cet espace son grand « hub » en Europe occidentale, afin de relier la région à l’Asie et à l’Afrique.

« L’objectif ultime est de livrer chaque colis dans un délai de 72 heures à l’échelle internationale« , avec au total six « hubs » logistiques dans le monde, a précisé Alibaba en 2018.

Le ministre wallon en charge du dossier, Jean-Luc Crucke, a relativisé les doutes de Vincent Van Quickenborne. Jean-Luc Crucke a affirmé ne jamais avoir été prévenu par le gouvernement fédéral de risques en matière de « sécurité intérieure ».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :