Les grands dirigeants mondiaux au premier jour du G20, réunit à Buenos Aires, en Argentine, ont du composé avec les tensions entre la Chine et les Etats-Unis.

Le 1er décembre a été le théâtre d’un tumulte au sein du sommet du G20, car les yeux étaient rivés sur la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping, en vue de négocier une trêve commerciale.

« Il existe des signes positifs, nous allons voir ce qui se passe. Si nous pouvions parvenir à un accord, ce serait bien », a estimé le président américain, Donald Trump, devenu « champion du protectionnisme ».

Son homologue chinois, Xi Jinping, a demandé à l’ensemble des dirigeants présents à ce G20 particulier de « défendre le système commercial multilatéral ». Il a aussi promis de « poursuivre les réformes » pour ouvrir le marché chinois et mieux protéger la propriété intellectuelle, selon l’agence Xinhua.

Pour Goldman Sachs Group Inc., la guerre commerciale entre Washington et Beijing pourrait monter d’un grave, suite à «la plus probable» rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping.

Selon , le résultat de cette rencontre serait l’aggravation réelle de la guerre commerciale. «Nous constatons actuellement que « l’escalade » est la conséquence la plus probable à venir dans les prochains mois, avec une probabilité légèrement supérieure à 50%», ont déclaré les analystes de Goldman Sachs.

Selon le rapport de la banque américaine, ce scénario signifierait que les droits de douane augmenteraient de 25% sur toutes les importations actuellement soumises à tarif. Donc, les droits de douane seraient étendus aux importations chinoises restantes.

Le deuxième scénario probable est une «trêve». Les tarifs existants resteraient en vigueur, mais les deux parties s’engageraient à ce que les négociations soient sans aggraver les tensions. L’accord sur la suppression complète des droits existants «n’est guère possible à court terme», a déclaré Goldman.