Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé de 0,3 point sa prévision de croissance cette année à 7,9% pour la Chine, impactée par les conséquences du Covid-19, qui ralentie la demande intérieure.

Locaux du FMI

La Chine, où le nouveau coronavirus a fait son apparition en décembre 2019, est parvenue au printemps 2020 à pratiquement éradiquer l’épidémie de Covid-19 de son territoire.

La Chine devrait être la seule grande économie du monde à connaître une croissance positive en 2020. En 2019, la Chine avait affiché une croissance de 6,1%, la plus faible depuis trois décennies.

Le FMI table ainsi sur 1,9% pour 2021, prévision inchangée par rapport à octobre 2020. Malgré la relance économique, ce taux reste le plus mauvais pour la Chine depuis 1976, juste avant le début de l’ère des réformes économiques.

« L’économie de la Chine continue de se remettre rapidement de la pandémie, grâce à d’importants efforts pour endiguer le virus et des mesures politiques rapides pour atténuer l’impact de la crise », a noté le FMI.

« Mais la croissance est déséquilibrée, car la reprise repose largement sur le secteur public alors que la consommation privée est à la traîne », a relevé le Fonds, qui ajoute que la pandémie a « ajouté de nombreuses vulnérabilités », en particulier de l’endettement qui fragilise l’économie de la Chine.

Le déficit budgétaire de la Chine devrait ainsi passer à 18,2% du PIB en 2020 contre 12,6% en 2019, selon le FMI. Si l’économie de la Chine est parvenue à se relancer, et à « s’adapter » à l’épidémie de Covid-19, grâce au commerce en ligne et à la forte demande à l’étranger de produits contre le Covid-19.

L’activité de la Chine devrait rester « en dessous de sa capacité à moyen terme », estime le Fonds. D’ailleurs, certains secteurs restent à la traîne, notamment l’hôtellerie, la restauration et les loisirs.

Le FMI prévient que les mesures de distanciation pour prévenir l’épidémie de Covid-19 « continueront à freiner » l’activité dans les services cette année en Chine.

Avec la paralysie de l’économie en début d’année pour cause d’épidémie, le PIB de la Chine avait plongé de 6,8% au premier trimestre, avant de regagner 3,2% au deuxième puis 4,9% au troisième.