Les cinq pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont dénoncé le 4 mai le «protectionnisme» des Etats-Unis qui «mine la croissance mondiale». Ces derniers ont déploré la décision de Washington d’augmenter des taxes douanières visant principalement ses alliés.

Ce positionnement a été prit lors de la réunion officielle des ministres des affaires étrangères des BRICS, présidée par Lindiwe Sisulu, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, en présence de ses homologues russe Sergueï Lavrov, indienne Sushma Swaraj, et brésilien Marcos Galvao.

Cette réunion visait à définir les orientations  du 10ème Sommet des BRICS, qui doit se tenir à Johannesbourg en juillet. Dans un communiqué, les ministres des Affaires étrangères des BRICS, réunis à Pretoria, ont «souligné leur attachement ferme au libre échange».

Ils se sont dits «opposés à la nouvelle vague de protectionnisme et à l’impact systématique de mesures unilatérales qui sont incompatibles avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et minent le commerce international et la croissance économique».

De son côté, le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a indiqué que «les BRICS devaient devenir de puissants moteurs de la croissance économique globale en lui apportant un élan durable. Ils doivent faire des efforts conjoints pour construire une économie mondiale ouverte, lutter contre le protectionnisme commercial et l’unilatéralisme, et protéger leurs intérêts communs et leur espace de développement».