Allié de la Chine, le principal parti d’opposition de Taïwan, le Kuomintang, a appelé le gouvernement de Tsai Ing-wen à rétablir les relations diplomatiques avec les États-Unis.

Cette demande suscite la critique de toute part. Certains estiment qu’il s’agit d’une tactique politique de KMT pour embarrasser le gouvernement de Tsai Ing-wen, car cette démarche est quasiment impraticable.

Des experts pointent du doigt les tensions croissantes entre le Kuomintang et le gouvernement chinois. Cette décision est considérée comme la plus radicale, par rapport à toutes celles préconisées par le Parti démocrate progressiste de Tsai Ing-wen, qui penche pour l’indépendance. Cette tactique politique pourrait briser les espoirs de la Chine continentale de voir le KMT devenir un médiateur clé dans les relations inter-détroit.

Lire aussi : Guomindang, le parti de Sun Yat-sen

Une motion ou une tactique politique

La motion a été déposée par le KMT lors du session au parlement, le 6 octobre. Le parti a également demandé au gouvernement de demander l’aide des États-Unis pour résister aux actions de la Chine qui porteraient atteinte à ses systèmes sécuritaire, social et économique.

Selon les propositions, approuvées à l’unanimité par les membres de la législature, le gouvernement Tsai Ing-wen devrait faire de ces objectifs une priorité. D’après le South China Morning Post, certains législateurs du PDP ont loué le KMT pour «avoir finalement pris la bonne direction»; d’autres ont remis en question les motivations derrière les propositions, affirmant que cela devait être une tactique du KMT.

Lire aussi : Taïwan adopte une loi contre les « interférences de Beijing »

«Le KMT doit être fou. Il y a quelques jours à peine, il a déclaré que le rétablissement des liens avec les États-Unis ne ferait que provoquer sérieusement les communistes chinois, et maintenant ils demandent au gouvernement de le faire», a déclaré le législateur du PDP, Hsu Chih-chieh.

Pour le ministre de Taïwan, Su Tseng-chang, ces motions sont une «redécouverte de la conscience du KMT». «C’est bien… mais le KMT doit s’unir avec nous dans un même cœur pour faire des choses qui peuvent prendre en compte les meilleurs intérêts de Taïwan», a-t-il ajouté. Su Tseng-chang a indiqué que le KMT devrait accorder plus d’attention à l’opinion dominante.

Pour le porte-parole du gouvernement de Taïwan, Xavier Chang, «ce qui est plus important au stade actuel est de développer les relations américano-taïwanaises étape par étape afin que nous puissions continuer à approfondir notre relation de défense, commerciale, politique et autre».

Il a déclaré que Taïwan devrait également démontrer sa détermination à se défendre et que d’autres pourront venir en aide à Taïwan seulement quand l’île sera en mesure de se protéger. De son côté, le ministère des Affaires étrangères a également déclaré que Taïwan et les États-Unis avaient déjà développé des niveaux élevés de confiance mutuelle.

Approfondir les relations avec les Etats-Unis

« Le ministère des Affaires étrangères continuera d’approfondir les relations américano-taïwanaises pour répondre aux attentes de la législature en ce qui concerne les relations américano-taïwanaises », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Suite aux réactions, le sénateur du Kuomintang, Chen Yu-chen, a déclaré que son parti avait proposé cette motion, parce que le ministre des Affaires étrangères de Taïwan, Joseph Wu, avait refusé de promettre de rétablir les relations officielles avec les États-Unis.

Dans une interview accordée à la radio publique nationale, basée à Washington en septembre, Joseph Wu avait indiqué que « nous ne cherchons pas à établir des relations diplomatiques complètes avec les États-Unis pour le moment, mais il y a certainement beaucoup de place pour nous d’explorer comment renforcer les relations entre Taïwan. et aux États-Unis ».

Ce dernier avait ainsi expliqué que « Taïwan et les États-Unis devraient plutôt renforcer leurs relations économiques, leurs relations commerciales, leurs relations politiques, voire leurs relations de sécurité ».

Ses commentaires ont provoqué la colère du président du KMT, Johnny Chiang, qui a accusé Joseph Wu et le gouvernement de Tsai Ing-wen de mentir lorsqu’ils ont déclaré que le PDP ferait tout ce qu’il pouvait pour élargir les relations internationales de Taïwan.

Tension entre le Kuomintang et la Chine continentale

Le ciel bleu au soleil blanc, emblème du Tongmenghui, devenu ensuite celui du Kuomintang.

Les relations du KMT avec le continent se sont refroidies ces derniers temps, car les récents changements de politique du Kuomintang ont sapé les espoirs de la Chine de le voir agir comme un contrepoids au PDP.

Yen Chen-shen, chercheur principal à l’Institut des relations internationales de l’Université nationale Chengchi, a expliqué au South Chine Morning Post que les motions du KMT visaient à embarrasser le gouvernement de Tsai Ing-wen.

« Le PDP a brossé un tableau rose pour le peuple taïwanais, et la reprise des relations américano-taïwanaises en fait partie, mais compte tenu de l’hypersensibilité des relations américano-taïwanaises, une telle décision serait peu probable », a souligné ce dernier.

Pour Wang Kung-yi, président du groupe de réflexion de la Taïwan International Strategic Study Society, la décision du KMT risquait de se retourner contre eux. « Le KMT espère utiliser les propositions pour dire au public, en particulier aux jeunes, qu’il peut faire ce que le PDP n’a pas pu, et gagner ainsi son soutien », a précisé ce dernier.

Cependant, le KMT devrait savoir que « la jeune génération a été élevée avec une mentalité d’indépendance de Taïwan et se range naturellement du côté du PDP plutôt que du KMT », a souligné Wang Kung-yi, qui assure que la stratégie du KMT n’aura aucun effet à Taïwan et provoquera la colère de Beijing.