Un navire de recherche chinois est arrivé ce 16 août dans le port sri-lankais de Hambantota, sous pavillon chinoise, ont annoncé les autorités, malgré les inquiétudes de l’Inde et des Etats-Unis qui craignent des actes d’espionnage.

Le Yuan Wang 5 a été autorisé à accoster à condition qu’il n’effectue aucune recherche pendant qu’il se trouve dans les eaux srilankaises, ont déclaré les responsables du port. Cette demande a été faite après des consultations avec l’Inde, les États-Unis et la Chine.

Lire aussi : Le Sri Lanka demande à la Chine de reporter la visite d’un navire militaire

Le navire devait arriver le 11 aaût, mais Colombo a demandé à Pékin de différer cette venue face aux protestations de New Delhi, qui s’inquiète des activités de la Chine dans la région. Cependant le 13 août, après d’intenses négociations, Colombo a annoncé avoir autorisé le bateau à accoster à Hambantota et à y séjourner six jours.

«J’ai reçu aujourd’hui l’autorisation (du ministère des Affaires étrangères)», a affirmé à l’AFP Nirmal P. Silva, responsable au sein des autorités portuaires sri-lankaises, permettant au navire de séjourner à Hambantota du 16 au 22 août.

Selon des sources de l’AFP au sein du ministère des Affaires étrangères, Colombo avait finalement renouvelé son autorisation, donnée initialement le 12 juillet, «dans un esprit de bonne entente», le Sri Lanka ayant besoin de l’aide internationale.

Des responsables portuaires ont indiqué que le navire chinois se trouvait le 12 août dans la soirée à près de 1000 kilomètres au sud-est du Sri Lanka et se dirigeait lentement vers le port en eau profonde de Hambantota.

Les plateformes internationales de surveillance et d’analyse des données maritimes décrivent le Yuan Wang 5 comme un bateau de recherche et de surveillance. Côté indien, il s’agit d’un navire d’espionnage à double usage, employé pour le suivi de l’espace et des satellites et utilisé spécifiquement pour les lancements de missiles balistiques intercontinentaux, selon la chaîne indienne CNN-News18.

Lire aussi : Tension entre l’Inde et la Chine à propos d’un port sri-lankais

Le bateau chinois a été autorisé à entrer dans le port à condition qu’il garde son système d’identification automatique (AIS) allumé lorsqu’il se trouve dans les eaux sri-lankaises et qu’il ne soit pas autorisé à effectuer des recherches scientifiques.

Le gouvernement indien a exprimé son inquiétude, considérant que le navire pourrait espionner ses activités et s’en était plaint à Colombo. Le ministre des Affaires étrangères de New Delhi a mis en garde contre «toute incidence sur la sécurité et les intérêts économiques de l’Inde (qui) prendrait toutes les mesures nécessaires pour les sauvegarder».

De plus, New Delhi s’inquiète de la présence croissante de la Chine dans l’océan Indien et de son influence au Sri Lanka, que l’Inde considère comme sa zone d’influence. La veille de l’arrivée du navire, l’Inde a offert au Sri Lanka un avion Dornier 228 afin de renforcer les capacités de surveillance maritime de l’île.