Dans un communiqué de presse, le Club des Amis de la Chine en Cote d’Ivoire a condamné la visite de la présidente de la Chambre des représentants américains, Nancy Pelosi, le 2 août à Taiwan.

L’association a demandé le respect de la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies de 1971, « qui relève d’une seule Chine et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois ».

Lire aussi : Une seule Chine : Résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations unies

Le président du Club des Amis de la Chine, Rodrigue Ouakiri « voudrait inviter les hauts responsables américains et la Présidente de la Chambre des représentants américaine au respect de cette résolution, à la retenue, tout en évitant les actions qui menaceraient la paix et la stabilité dans le monde ».

Le Club n’est pas la première association de coopération sino-africaine à apporter son soutien aux autorités chinoises, l’Association Chine-Burkina Fraternité a également condamné à la visite de Nancy Pelosi à Taïwan au début du mois d’août. Sa venue dans l’île a provoqué la colère de la Chine, qui considère qu’il y a eu une atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale.

Retrouvez l’ensemble des articles autour de la visite de Nancy Pelosi à Taiwan

Après avoir prévenu à maintes reprises Washington, Pékin a rapidement réagit à cette visite. En effet, «ceux qui jouent avec le feu finissent par se brûler» avait averti le président chinois Xi Jinping, le 28 juillet dernier pendant sa visioconférence avec Joe Biden, le président américain. Malgré les avertissements de la Chine, Nancy Pelosi a bien atterri sur l’île le 2 août dans la soirée, et a affirmé que sa venue ne «contredisait» à aucun cas la politique américaine vis-à-vis de la Chine.

En représailles, Pékin a décidé de lui «imposer des sanctions» ainsi qu’à sa «famille proche». Nancy Pelosi s’est «gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale», a indiqué le ministère des Affaires étrangères, sans donner de détails sur ces sanctions.