jeudi, juillet 25

Le ralentissement politique induit par la Chine

De Project Syndicate, par Yu Yongding – Les performances économiques de la Chine ont récemment suscité un pessimisme considérable. Au deuxième trimestre 2023, l’économie chinoise n’a progressé que de 6,3% par rapport à l’année précédente – un chiffre décevant en raison de la base faible du deuxième trimestre 2022, alors que les restrictions liées à la pandémie supprimaient encore l’activité économique. Et en juillet, l’indice des prix à la consommation (IPC) chinois est entré en territoire négatif pour la première fois depuis 2021, faisant craindre une spirale déflationniste.

Que tout ce pessimisme soit justifié dépend en fin de compte de la réponse à une question cruciale : le récent déclin du taux de croissance du PIB chinois reflète-t-il des changements fondamentaux dans les conditions économiques – tels que le vieillissement de la population, la diminution des rendements d’échelle, la détérioration de l’avantage des retardataires et la hausse des coûts environnementaux – ou peut-on y remédier par des politiques macroéconomiques plus efficaces ?

En fait, même s’il ne fait aucun doute que l’ère d’une croissance soutenue à deux chiffres est révolue, la Chine est bien placée pour atteindre un taux de croissance nettement supérieur à celui de la plupart des économies développées dans un avenir proche. Après tout, le PIB par habitant de la Chine est encore inférieur à un quart de celui des États-Unis.

La clé du succès réside dans la politique : tout en maintenant le cap de la réforme et de l’ouverture, la Chine doit utiliser les leviers budgétaires et monétaires pour réagir aux données sur la croissance et les prix. Si la croissance et l’inflation restent faibles, une expansion budgétaire et monétaire s’impose. À l’inverse, si l’inflation augmente fortement, un resserrement devrait s’ensuivre, même s’il se traduit par une croissance plus faible.

Pour l’instant, sauf événement cygne noir, une poussée de l’inflation semble peu probable. L’IPC chinois oscille autour de 2% depuis mai 2012, et son indice des prix à la production a été négatif pendant la majeure partie de la dernière décennie. L’IPP est tombé en territoire négatif en mars 2012 et y est resté pendant 54 mois. Il a ensuite été négatif pendant 16 des 17 mois suivants, à partir de juin 2019. Il reste désormais en territoire négatif, après octobre dernier.

Dans le même temps, le taux de croissance du PIB chinois a connu une baisse constante, passant de 12,2% au premier trimestre 2010 à 6% au quatrième trimestre 2019. De 2020 à 2022, le taux de croissance annuel moyen de la Chine était d’environ 4,6%. Dans ce contexte de ralentissement de la croissance et d’inflation faible (voire négative), les arguments en faveur d’une expansion budgétaire et monétaire propice à la croissance sont solides.

Toutefois, au cours de la dernière décennie, les autorités chinoises ont adopté une approche prudente en matière de croissance, fixant des objectifs annuels inférieurs de quelques points de base au taux de croissance réel de l’année précédente. Le gouvernement affirme que maintenir des objectifs de croissance conservateurs lui donne plus de latitude pour poursuivre des réformes visant à améliorer le modèle de croissance de la Chine et à améliorer la qualité et l’efficacité du développement économique. Mais la question de savoir si la poursuite d’une croissance plus élevée du PIB entraverait réellement cet effort reste un sujet de débat.

Ce qui est clair, c’est que le gouvernement chinois s’engage à limiter les déséquilibres fiscaux. Cela signifie maintenir les obligations d’État en dessous de 60% du PIB et le déficit budgétaire en dessous de 3% du PIB – souvent avec une marge significative. Alors que le ratio déficit budgétaire/PIB s’élevait à 2,8% du PIB en 2009, il a été ramené à 1,1% en 2011, alors que le gouvernement s’est précipité pour sortir de son cycle de relance de 4 000 milliards de yens (555 milliards de dollars).

De nombreux économistes et responsables gouvernementaux chinois sont fiers d’avoir fait un meilleur travail que la plupart des pays européens en matière de respect des règles budgétaires fixées par le Traité de Maastricht. Même s’il est indéniable que les engagements conditionnels du gouvernement chinois sont élevés, en raison de la dette des gouvernements locaux, la situation budgétaire de la Chine reste bien plus solide que celle de la plupart des pays occidentaux.

Certes, le ratio déficit budgétaire/PIB de la Chine a augmenté depuis 2015. Mais cela est en grande partie le résultat de réductions d’impôts et non d’une augmentation des dépenses publiques. Même si peu d’observateurs occidentaux le reconnaissent, l’économie de l’offre a plus d’influence en Chine qu’aux États-Unis.

Alors que le gouvernement poursuit une politique budgétaire prudente, la Banque populaire de Chine jongle avec trop d’objectifs : croissance économique, emploi, stabilité des prix internes et externes, stabilité financière et même allocation des ressources financières. En particulier, elle a dû réagir aux changements cycliques de l’indice des prix de l’immobilier : si l’indice augmente fortement, la PBOC retire les rênes de la politique monétaire. Plus largement, la Banque populaire de Chine s’est engagée à ne pas poursuivre «l’irrigation par inondation» – c’est-à-dire inonder l’économie de liquidités – mais plutôt à s’en tenir à une approche «d’irrigation goutte à goutte de précision».

Il ne fait aucun doute que la Chine aurait pu atteindre une croissance plus élevée au cours de la dernière décennie avec une approche de politique macroéconomique plus agressive. Même s’il est trop tard pour changer le passé, la Chine peut encore bâtir un avenir plus dynamique, mais seulement si elle met en œuvre une expansion budgétaire et monétaire soigneusement conçue et axée sur la stimulation de la demande effective et, à terme, de la croissance.

Heureusement, il y a des raisons d’espérer que les décideurs chinois s’orienteront dans cette direction. Le gouvernement a récemment identifié l’insuffisance de la demande comme un défi macroéconomique majeur auquel la Chine est confrontée et a déclaré que la Chine devrait «profiter de la dynamique d’amélioration, accélérer les ajustements de politique macroéconomique et mettre en œuvre une politique monétaire prudente de manière précise et énergique».

Il s’agit peut-être du changement le plus important apporté aux orientations de la politique macroéconomique chinoise ces dernières années. Si les autorités chinoises traduisent cela en politique efficace, une croissance plus forte et plus stable suivra.

Yu Yongding, ancien président de la Société chinoise d’économie mondiale et directeur de l’Institut d’économie et de politique mondiales de l’Académie chinoise des sciences sociales, a siégé au Comité de politique monétaire de la Banque populaire de Chine de 2004 à 2006.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2023.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *