Le transport routier pourrait être pénalisé et venir allonger les délais de livraison, notamment venant du Port de Yangshan, à Shanghai.

Le géant danois du transport Maersk, deuxième transporteur mondial de conteneur, a averti que le confinement de Shanghai allait gravement pénaliser le transport routier, dont les coûts vont augmenter. En effet, les nouvelles mesures sanitaires mises en oeuvre en Chine pourraient enrayer la recrudescence des cas de Covid-19 et désorganiser davantage les chaînes d’approvisionnement mondiales.

L’économie a de nouveau ralentie à Shanghai, où les autorités viennent de décider de nouvelles mesures sanitaires pour enrayer la recrudescence des cas de Covid-19.

La ville côtière chinoise, centre important du transport maritime et aérien, a procédé le 28 mars à un reconfinement de sa population en deux étapes. Quitte à désorganiser davantage les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Lire aussi : Confinement en deux temps à Shanghai

Le géant danois craint cette désorganisation et a averti dans un message adressé à ses clients que « le délai de livraison sera plus long et il y aura une augmentation possible des coûts de transport, notamment ceux de contournement et d’autoroute ».

Shanghai maintient ouverts ses aéroports et son port en eau profonde tout en imposant des restrictions rigoureuses à la circulation des personnes et des véhicules. Pour Maersk, ces mesures auront sans nul doute une incidence sur les activités du groupe.

Le deuxième transporteur mondial de conteneurs prévient que «les services de transports routiers à l’entrée et à la sortie de Shanghai subiront un impact de 30% en raison de la fermeture totale des zones de Pudong et de Puxi à Shanghaï jusqu’au 5 avril» et précise que les entrepôts du groupe dans la ville seront également fermés jusqu’à vendredi 1er avril.

Wu Qianyu, responsable de la Commission municipale de la santé de la ville, a indiqué que Shanghai, centre économique de la Chine, mène un nouveau cycle de dépistage en utilisant à la fois des tests d’acide nucléique et d’antigène afin de juguler la dernière résurgence de la Covid-19.

Le 31 mars 2022 à 10h, environ 9,1 millions d’habitants avaient reçu des tests d’acide nucléique dans plusieurs zones de la ville, dont celles situées à l’est du fleuve Huangpu et temporairement placées sous confinement.

En outre, quelque 10,87 millions d’habitants avaient reçu des tests d’antigène pour dépister les infections à la Covid-19, le 31 mars matin.

Cette mégapole de plus de 24 millions d’habitants a mis en place le 28 mars un confinement temporaire en deux phases pour repérer les infections possibles et contrôler la propagation du virus.

A compter de ce 31 mars, Shanghai lancera une désinfection à grande échelle durant un mois dans les lieux clés, comme les bâtiments de bureaux, les chantiers, les véhicules de transport, les marchés agricoles et les communautés résidentielles, a indiqué le responsable lors d’une conférence de presse.