Le Sénat américain a adopté à l’unanimité un projet de loi qui imposerait des sanctions aux responsables chinois qui portent – selon lui – atteinte à Hong Kong, ainsi qu’aux banques et aux entités étatiques qui font affaire avec eux.

La Maison Blanche

Le Sénat des Etats-Unis a approuvé le 25 juin à l’unanimité un texte prévoyant des sanctions automatiques contre les responsables chinois qui violent les obligations internationales de la Chine en faveur de l’autonomie de Hong Kong.

Cette proposition de loi doit encore passer devant la Chambre des représentants, puis être promulguée par le président Donald Trump pour entrer en vigueur. Elle a cependant été promue et soutenue à la fois par les républicains et les démocrates, souhaitant renforcer la pression sur la Chine.

Ces mesures s’ajoutent à des mesures déjà annoncées par le gouvernement américain depuis que la Chine a annoncé une loi pour reprendre en main la sécurité dans l’ex-colonie britannique.

Chris Van Hollen, sénateur démocrate du Maryland et l’un des co-auteurs du projet de loi, a déclaré que la législation obligerait l’administration Trump à agir « sur les individus du gouvernement chinois qui portent atteinte aux droits des personnes à Hong Kong ».

Le texte du Sénat permettrait à Washington de sanctionner toute entité ou personne de Chine qui contribue matériellement à la violation des obligations chinoises. Les auteurs ont indiqué les «dirigeants du Parti communiste chinois responsables de l’imposition d’une loi sur la sécurité nationale à Hongkong», ou encore les unités de la police impliquées dans la répression de manifestants hongkongais.

Il a ajouté que toute banque considérée comme «aidant et encourageant» la Chine à porter atteinte aux droits des Hongkongais «peut être passible de sanctions», ciblant les «transactions significatives» avec des personnes ou entités sanctionnées seraient aussi visées par des mesures punitives.

«Ce que le gouvernement chinois est en train de faire à Hongkong est inacceptable. Il retire leurs droits aux Hongkongais», a déclaré le sénateur Chris Van Hollen. «Il est important de faire quelque chose qui montre au gouvernement chinois que s’il continue sur cette voie, il en paiera le prix», a-t-il ajouté.

Ce projet de loi a été voté au Sénat américain une semaine après que Kevin Cramer, l’un des co-sponsors républicains du projet de loi, a vu son texte être bloqué par l’administration, en raison de changements techniques de dernière minute.

La législation sera désormais examinée par la Chambre des représentants, où deux législateurs ont présenté un projet de loi complémentaire contre la Chine. Il n’est pas certains que la Maison Blanche mette en œuvre ce projet de loi.