De nombreuses jeunes femmes, adeptes de la mode «gothique», publient de nombreuses images d’elles sur le réseau social Weibo, afin d’afficher leur soutien à une étudiante, victime de discrimination dans le métro de Canton.

De nombreuses jeunes femmes, adeptes de la mode «gothique», publient de nombreuses images d’elles sur le réseau social Weibo, afin d’afficher leur soutien à une étudiante, victime de discrimination dans le métro de Canton.

Le 10 mars dernier, une étudiante a dû vivre une situation désagréable en entrant dans le métro. Une agente de sécurité lui a barré la route et a alerté la responsable de la station arguant que son apparence risquait de gêner les autres voyageurs.

«Elle m’a dit que mon maquillage était problématique et vraiment horrible», raconte la jeune femme sur Weibo. L’agente a également demandé à l’étudiante d’enlever son maquillage gothique, ou d’utiliser un autre moyen de transport.

Selon le journal South China Morning Post, l’étudiante a pu prendre le métro. Mais elle ne décolère pas :

«en tant que citoyenne chinoise, je souhaite utiliser cette plateforme relativement publique pour défier les autorités : quelles lois vous donnent le droit de m’interpeller et de me faire perdre mon temps ? Si vous pouvez en citer une, je m’engage à investir dans un panneau d’affichage pour prévenir que la mode gothique et le maquillage voyant ne sont pas les bienvenus dans le métro».

Face au tollé, la direction des transports en commun de Canton a présenté ses excuses à la jeune femme. De plus, une enquête interne a été ouverte, concluant que le personnel n’avait pas bien géré la situation.

Sur Weibo, la vidéo de l’étudiante gothique n’est pas passée inaperçue. Elle a été partagée et commentée des milliers de fois. L’incident a libéré la parole des gothiques, qui ont publié des messages et des photos en utilisant le hashtag «Un selfie pour le métro de Canton».

Cette histoire n’est pas la première. D’après le South China Morning Post, une femme n’avait pas pu entrer en raison de son style «grotesque», en décembre 2018. En janvier 2019, une femme habillée en robe victorienne gothique avait été chassé du métro.