mardi, juillet 23

Le succès de la réduction de la pauvreté en Chine : perspectives pour l’Afrique.

En seulement quatre décennies, la Chine est non seulement devenue une puissance économique mondiale, mais a également réalisé un exploit remarquable en sortant une partie substantielle de sa population de la pauvreté abjecte ou extrême. Le rapport de la Banque mondiale, publié en 2022, rend compte de manière convaincante de ces progrès transformateurs.

Selon le rapport, au cours des 40 dernières années, près de 800 millions de personnes en Chine ont dépassé le seuil de subsistance avec moins de 1,90 dollar par jour, ce qui représente près des trois quarts de la réduction totale de la pauvreté mondiale depuis 1980.

Si on le compare aux normes de pauvreté actuelles de la Chine, environ 770 millions de personnes sont sorties de la pauvreté en Chine. Il ne fait aucun doute que la rapidité et l’ampleur des efforts de réduction de la pauvreté de la Chine constituent une étape sans précédent dans l’histoire.

L’ascension remarquable de la Chine sur la scène mondiale laisse les chercheurs perplexes, mais son succès exceptionnel dans la lutte contre l’extrême pauvreté soulève des questions encore plus intrigantes. Comment la Chine a-t-elle réussi à réduire la pauvreté de manière aussi significative dans un laps de temps incroyablement court ? En outre, existe-t-il des leçons précieuses du succès de la Chine qui pourraient bénéficier au monde en développement, qui lutte depuis des décennies pour échapper au piège de la pauvreté sans aucun signe de progrès ?

L’histoire de la Chine

Le père fondateur de la Chine actuelle, Mao Zedong, était un marxiste qui prônait l’avancement du communisme à travers un modèle chinois distinct. Cependant, avec l’approche de planification centrale de Mao reposant sur l’enthousiasme révolutionnaire et l’organisation de masse, l’économie chinoise a été confrontée à des défis importants au début. Après plusieurs tentatives, la vision de Mao consistant à réaliser une grande transformation sous la direction du socialisme resta lettre morte à sa mort en 1976.

Après l’ère Mao et sous la nouvelle direction de Deng Xiaoping, la Chine a reconnu la nécessité du capitalisme industriel comme tremplin vers la réalisation du socialisme industriel moderne. Cette reconnaissance a marqué une étape importante dans la résolution des profonds défis du pays. Sous la direction de Deng, la Chine a lancé à la fin des années 1970 un modèle de croissance axé sur le marché, connu sous le nom de période de réforme et d’ouverture de la Chine.

La mise en œuvre de programmes de réformes progressifs mais réussis a permis à la Chine de connaître une croissance économique rapide. Cette trajectoire ascendante a été reconnue comme sans précédent et comme l’une des merveilles de développement les plus remarquables du monde. Aujourd’hui, la Chine est la deuxième économie mondiale et une force influente dans les affaires mondiales. Comme mentionné, il a fait des progrès significatifs dans la réduction de la pauvreté, sortant environ 800 millions de citoyens chinois de la pauvreté, ce qui représente environ 70 % des efforts mondiaux de réduction de la pauvreté.

Aujourd’hui, sous l’idéologie et le concept du « socialisme à la chinoise », la Chine, sous la direction de son président actuel, Xi Jinping, s’est fixé des objectifs ambitieux pour éradiquer la pauvreté et parvenir à une « société modérément prospère» pour tous les citoyens chinois.

L’approche à deux volets

Selon la Banque mondiale et le Centre de recherche sur le développement du Conseil d’État chinois, le succès remarquable de la Chine dans la réduction de la pauvreté peut être attribué à une approche à deux volets bien exécutée, axée sur une transformation économique à grande échelle et des stratégies efficaces de réduction de la pauvreté. Le programme de transformation économique s’articule autour de quatre piliers clés qui ont contribué au développement du pays :

  • Augmentation de la productivité agricole : la Chine a reconnu l’importance de son secteur agricole et a donné la priorité aux mesures visant à améliorer la productivité et l’efficacité. En investissant dans les techniques agricoles modernes, les infrastructures et la recherche, le pays a augmenté sa production agricole, conduisant ainsi à une amélioration des moyens de subsistance en milieu rural.
  • Industrialisation progressive : la Chine a développé stratégiquement son secteur industriel, passant progressivement d’une économie principalement agraire à une économie plus diversifiée et industrialisée. Ce changement a créé des opportunités d’emploi dans les zones urbaines et soutenu la croissance économique, bénéficiant à de nombreuses personnes vivant auparavant dans la pauvreté.
  • Urbanisation gérée et migration rurale-urbaine : le gouvernement chinois a activement géré le processus d’urbanisation, facilitant le mouvement des personnes des zones rurales vers les villes de manière contrôlée. Cette approche garantissait que la migration ne créait pas de bidonvilles urbains ni n’exacerbait la pauvreté, mais qu’elle contribuait au développement urbain et à la réduction de la pauvreté.
  • Développement des infrastructures : il était crucial de se concentrer sur le développement des infrastructures pour faciliter la croissance économique et la réduction de la pauvreté. La construction de routes, de ponts, d’écoles et d’établissements de santé a amélioré l’accessibilité et fourni des services essentiels à des régions auparavant marginalisées.

Outre le programme de transformation économique, le succès de la Chine en matière de réduction de la pauvreté peut être attribué à des stratégies de réduction de la pauvreté bien conçues et ciblées. Ces stratégies englobent :

  • Stratégies de réduction de la pauvreté par zone : le gouvernement chinois a reconnu que différentes régions étaient confrontées à des défis uniques dans la lutte contre la pauvreté. Pour résoudre ce problème, ils ont adopté des approches basées sur la zone, adaptant les interventions aux besoins et aux circonstances spécifiques de chaque localité.
  • Politiques de protection sociale : la Chine a mis en œuvre diverses politiques de protection sociale pour empêcher les populations vulnérables de tomber dans la pauvreté ou pour soutenir celles qui en souffrent déjà. Ces politiques comprenaient des programmes de protection sociale, une couverture des soins de santé et une assistance aux personnes âgées et handicapées.
  • Stratégie ciblée de réduction de la pauvreté : l’aspect le plus important des efforts de réduction de la pauvreté de la Chine est peut-être la stratégie ciblée adoptée pour identifier et soutenir les ménages pauvres. Cela impliquait une identification et une vérification méticuleuses des ménages pauvres, permettant au gouvernement de fournir une assistance sur mesure, telle qu’une aide financière, une formation professionnelle et un accès aux ressources.

Dans l’ensemble, le succès des initiatives chinoises de réduction de la pauvreté peut être attribué à une combinaison de gouvernance efficace, de transformation économique à grande échelle et de stratégies de réduction de la pauvreté bien conçues. En employant ces approches, le gouvernement chinois a considérablement amélioré les conditions de vie et les perspectives de millions de ses citoyens, réalisant des progrès remarquables dans la réduction de la pauvreté et donnant un exemple inspirant aux autres nations luttant pour des progrès similaires.

Partager l’expérience avec l’Afrique

L’engagement de la Chine à partager son expérience en matière de réduction de la pauvreté avec les pays africains s’est manifesté à travers diverses initiatives et déclarations politiques. Un événement notable a été la Conférence mondiale sur la réduction de la pauvreté à Shanghai en 2004, organisée conjointement par la Banque mondiale et le gouvernement chinois.

Cette conférence a servi de plate-forme permettant aux acteurs du développement du monde entier de se réunir et de s’engager dans des discussions, des apprentissages et des échanges de leçons et d’expériences en matière de développement. Cette décision met en évidence la volonté de la Chine d’apprendre des autres et de partager activement ses propres expériences avec la communauté internationale.

En plus de ces actions, la Chine a explicitement exprimé son engagement à partager son expertise avec les pays africains dans son deuxième Livre blanc sur la politique africaine, publié en 2015. Dans ce document politique, la Chine a fait des promesses spécifiques de renforcer son engagement avec les pays africains, avec un se concentrer sur le partage d’expériences en matière de réduction de la pauvreté. La politique souligne également la volonté de la Chine de collaborer avec l’Afrique pour élargir la coopération dans divers domaines pertinents, notamment le développement des ressources humaines, l’éducation, la science et la technologie, l’industrialisation et la coopération en matière de capacité industrielle.

En s’engageant activement dans des initiatives telles que la Conférence mondiale sur la réduction de la pauvreté et en articulant ses engagements dans des documents politiques officiels, la Chine démontre son intention de soutenir les efforts de réduction de la pauvreté en Afrique à travers le partage des connaissances et la collaboration stratégique. À l’avenir, cet engagement jouera un rôle crucial dans la promotion d’un partenariat solide et bénéfique entre la Chine et les pays africains, leur permettant de tirer les leçons des succès et des défis de chacun et de s’attaquer collectivement plus efficacement au problème de la pauvreté.

Pensée finale

L’engagement de la Chine à partager son expérience en matière de réduction de la pauvreté se manifeste à travers diverses initiatives et déclarations politiques. La réussite de la Chine constitue un exemple inspirant pour les autres pays qui s’efforcent de lutter contre la pauvreté.

En tirant les leçons des succès et des défis de la Chine, les pays africains peuvent œuvrer de manière significative à une réduction efficace de la pauvreté. Ce faisant, ils peuvent façonner un avenir meilleur et faire des progrès significatifs dans l’amélioration du bien-être de tous les Africains.

Dr. Hagan Sibiri
Senior Research Fellow
Africa-China Centre for Policy & Advisory

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *