Le ministère chinois du Commerce a annoncé sa décision de lancer une enquête anti-subvention sur les importations de vin en provenance d’Australie.

L’Australie était le principal exportateur de vin vers la Chine au premier semestre 2020 en volume, devant la France et le Chili, selon la Chambre de commerce alimentaire chinoise (CFNA).

Or cette situation pourrait changer, car la Chine a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur les subventions versées par l’Australie à ses producteurs de vin, deux semaines après le lancement d’une procédure anti-dumping sur le même produit.

En effet, le 18 août, la Chine a lancé une enquête anti-dumping sur les importations de vin en provenance d’Australie.

Le secteur viticole chinois se plaint des quelque 40 différents programmes de subvention que l’Australie offre à ses viticulteurs, y voyant une concurrence déloyale, a annoncé le ministère chinois du Commerce dans un communiqué. La procédure pourrait entraîner l’imposition de droits compensateurs, a précisé le ministère.

L’enquête sur les vins dans les récipients de deux litres ou moins devrait prendre fin d’ici le 31 août 2021, mais pourrait être prolongée jusqu’au 28 février 2022 en fonction des circonstances, selon un communiqué publié sur le site Internet du ministère.

La décision a été adoptée en réponse à une demande de l’Association des boissons alcoolisées de Chine au nom de l’industrie chinoise, selon laquelle ces importations de vin ont été subventionnées par le gouvernement australien, a indiqué le ministère.

L’Australie était le principal exportateur de vin vers la Chine au premier semestre 2020 en volume, devant la France et le Chili, selon la Chambre de commerce alimentaire chinoise (CFNA).

Lire aussi : La Chine importe de plus en plus de vin australien

Bénéficiant de droits de douane tombés à zéro l’an dernier, le vin australien a représenté en 2019 1,25 milliard de dollars australiens (760 millions d’euros) d’exportations vers la Chine, soit le plus grand marché à l’export pour ce produit.

Les relations diplomatiques entre la Chine et l’Australie se sont fortement dégradées ces derniers mois, depuis que le Premier ministre australien a réclamé une enquête internationale sur l’origine du Covid-19, apparu en Chine, à Wuhan en décembre 2019.

L’ambassadeur de Chine à Canberra avait dans la foulée laissé planer la menace d’un boycott des produits australiens. Premier partenaire commercial de l’Australie, la Chine avait suspendu quelques semaines plus tard les importations de bœuf de quatre gros fournisseurs australiens, puis imposé des droits de douane de 80,5% sur l’orge de ce pays.

Lire aussi : Beijing dénonce le « paquet de mensonges » de l’Australie

La Chine a en outre mis en garde ses ressortissants contre le risque d’un séjour en Australie, particulièrement les étudiants, qui représentent une manne pour les universités de ce pays.