Selon un article du quotidien indien Hindustan Times, publié en février 2018, les chinois sont nombreux à avoir adopté un régime végétarien. Ces derniers souhaitent préserver leur santé et craignent aussi les produits animaliers vendus sur le marché. Raison pour lesquelles, le nombre de restaurant végétarien a explosé au cours de ces dix dernières années.

Face à ce phénomène, l’industrie alimentaire s’intéresse de près à ce nouveau marché en plein essor. En 2012, Han Lili, une dessinatrice s’est mise à cartographier les restaurants végétariens et végan des grandes villes du pays.

Cette dernière a expliqué qu’il est très difficile de donner une estimation précise de leur nombre, car le marché s’est rapidement développé depuis deux ans. À Shanghai, ces restaurants étaient au nombre de 49 en 2012, ils étaient plus d’une centaine en 2017.

Selon un rapport publié par la société de recherche Euromonitor International, les chinois restent les principaux consommateurs de bœuf, de porc et de volaille. Cependant, la demande connait une baisse significative ces dernières années.

Les chiffres dévoilés par l’organisation à but non lucratif Chinadialogue.net montrent que la vente de viande de porc dans le pays est passée de 42,49 millions de tonnes en 2014 à 40,85 millions de tonnes en 2016.

Le végétarisme devient de plus en plus populaire, à l’instar des produits maraîchers, qui représentent désormais en Chine 40% de la consommation mondiale. Selon les experts, entre 2015 et 2020, ce marché devrait progresser de 17% en Chine, soit la plus forte expansion constatée sur une durée similaire au niveau international.

De nombreux chinois prennent conscience du lien des effets de la consommation de viande sur le corps, comme l’hypertension artérielle et l’obésité. En outre, les chiffres montrent que les émissions de dioxyde de carbone, dues à l’industrie de la viande, augmentent chaque année de près de 150 millions de tonnes. Or d’après les scientifiques, une baisse de la consommation de viande par la population chinoise aurait un impact bénéfique sur l’environnement.

Les jeunes sont les plus intéressés par le végétarisme et le véganisme. Une enquête, conduite par l’université Jiao-tong de Shanghai, a montré que sur huit restaurants végétariens populaires du centre-ville, la moitié des clients étaient âgés entre 20 et 29 ans. Toutefois, l’âge moyen des végétariens est de 65 ans dans le pays.

Cette étude a révélé que les jeunes chinois sont toujours plus nombreux à considérer le végétarisme comme une pratique alimentaire saine, écologique et tendance, et notamment un moyen de défendre la cause animale.