Le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) a organisé le 4 octobre une cérémonie de prestation de serment pour un troisième groupe de conseillers de district.

La cérémonie a eu lieu à la salle communautaire de North Point. Les membres du conseil de district du district nord, du district de Tai Po, du district de Sai Kung et du district de Sha Tin ont prêté serment individuellement, s’engageant à respecter la loi fondamentale de la RASHK et à prêter allégeance à la Région administrative spéciale de Hong Kong.

La cérémonie a été présidée par le secrétaire à l’Intérieur du gouvernement de la RAS de Hong Kong, Caspar Tsui, qui a été nommé pour l’évènement par la cheffe de l’exécutif de la RASHK Carrie Lam en tant qu’administrateur du serment.

L’administrateur a expliqué que « les serments prêtés par 34 conseillers de district étaient valides », le 4 octobre. Il a toutefois exprimé des doutes sur la validité des serments prêtés par 16 conseillers. Deux autres membres de conseils de district n’ont pas pu assister à la cérémonie.

L’Ordonnance de 2021 sur les fonctions publiques (candidatures et prise de fonctions) (amendements divers), qui a été publiée au Journal officiel et est entrée en vigueur le 21 mai 2021, dispose que les conseillers de district sont tenus de prêter serment de respecter la loi fondamentale de la RASHK et de prêter allégeance à la RASHK.

Selon l’interprétation de l’article 104 de la Loi fondamentale de la RASHK faite par le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, l’élu qui a prêté serment détermine si un serment est valide ou non, et si le serment prêté est déclaré invalide, aucune disposition ne sera prise pour renouveler celui-ci.

En septembre, 62 conseillers d’arrondissement de Hong Kong ont prêté serment de loyauté, après que plus de la moitié de leurs collègues ont démissionné en signe de protestation contre cette procédure.

Suivez l’actualité à Hong Kong (cliquez sur l’image)

Lors d’une cérémonie à huis clos, 24 premiers conseillers ont prêté serment, selon le gouvernement de Hong Kong. «Si nous avons des doutes sur la prestation de serment de certains conseillers et que nous ne pouvons pas faire totalement confiance à leur loyauté et à leur allégeance, nous leur donnerons la possibilité de s’expliquer…. Si leurs serments ne sont pas valides, ils seront disqualifiés», avait déclaré Carrie Lam.

Des cérémonies de prestation de serment similaires ont été organisées pour d’autres secteurs, notamment pour les fonctionnaires, les responsables gouvernementaux et les parlementaires.

Près de 180 conseillers de district devraient prêter serment cette année, et ceux qui refuseront de se présenter perdront leur siège.

La majorité des conseillers de district élus ont préféré démissionner plutôt cette année, que de se soumettre à ce processus de vérification morale. Pour Debbie Chan, ancienne conseillère de district, la prestation de serment est «devenue l’outil du régime pour vous tenir en laisse».

Cette dernière, qui a démissionné en juillet 2021, a indiqué qu‘«ils veulent éliminer le camp pro-démocratie à Hongkong». D’autant plus que les conseillers de district sont les seules personnes que les Hongkongais peuvent élire entièrement au suffrage universel direct.

Ils s’occupent de questions locales telles que les lignes de bus, la collecte des ordures et les terrains de jeux. Mais ils sont aussi devenus ces dernières années le symbole de la volonté des habitants d’avoir davantage leur mot à dire sur la gestion de leur ville.

Fin 2019, après plusieurs mois de manifestations pour la démocratie, les candidats de l’opposition critiques vis-à-vis de la Chine continentale ont remporté les élection haut la main.

Mais Pékin a décidé de refondre le système politique de Hong Kong par la réduction le nombre d’élus directs et la surveillance des politiciens et de leur patriotisme. Plusieurs conseillers de district ont été accusés de crimes contre la sécurité nationale. De nombreux autres ont fui à l’étranger.