La Chine émettrait plus de gaz à effet de serre que l’ensemble du monde développé réuni, selon un nouveau rapport de Rhodium Group.

L’étude de Rhodium Group indique que la Chine a émis 27% des gaz à effet de serre du monde en 2019. Tandis que les États-Unis étaient le deuxième émetteur avec 11%, et l’Inde était le troisième avec 6,6% des émissions.

Alors que les effets du changement climatique se font de plus en plus sentir dans la monde, les scientifiques préviennent que sans un accord entre les États-Unis et la Chine, il sera difficile d’éviter un changement climatique dangereux.

Les émissions de la Chine ont plus que triplé au cours des trois décennies précédentes, a assuré le rapport du groupe de réflexion américain, Rhodium Group.

Lire aussi : « Les routes vertes de la Chine vers un avenir à faible émission de carbone »

En 2019, les émissions de GES de la Chine ont dépassé les 14 millions de tonnes de CO2, un niveau qui a triplé ces trente dernières années. Toutefois, avec ses quelque 1,4 milliard d’habitants, la Chine reste derrière les États-Unis et les pays de l’OCDE en termes d’émission de GES par habitant.

Les scientifiques ont compté une moyenne de 10,1 tonnes de CO2 par habitant en Chine, contre 10,5 tonnes pour l’OCDE et 17,6 tonnes par habitant pour les Américains. Les données de 2020 ne sont pas encore arrêtées, mais les experts pensent que la Chine a dépassé l’OCDE en émissions par habitant.

La Chine s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 avec un pic d’émission au plus tard en 2030. Le président Xi Jinping a réitéré son engagement lors d’un sommet sur le climat organisé par le président américain Joe Biden le mois dernier.

Lire aussi : La Chine réitère ses engagements en matière de changement climatique

« Cette décision stratégique majeure est prise sur la base de notre sens de la responsabilité de construire une communauté avec un avenir partagé pour l’humanité et notre propre besoin d’assurer un développement durable », a déclaré à l’époque le président Xi.

Cependant, la Chine est fortement dépendante de l’énergie au charbon. La Chine exploite actuellement 1 058 centrales au charbon, soit plus de la moitié de la capacité mondiale.

De plus, à la fin du mois d’avril 2021, le président Xi Jinping a annoncé que la Chine continuerait à soutenir la construction de centrales à charbon, très polluantes, en raison de l’absence d’alternative.

Dans le cadre de l’Accord de Paris, convenu en 2015, 197 pays se sont engagés à limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Cependant, les données montrent l’urgence de la situation et l’obligation pour les États à réduire drastique leurs émissions de gaz à effet de serre.

D’ailleurs, les contributions déterminées au niveau national (CDN) sont au cœur de l’Accord de Paris, qui vise à réduire les émissions. Selon le Climate Action Tracker, une analyse scientifique indépendante qui suit l’action climatique du gouvernement, la cote CDN de la Chine est « très insuffisante » et « pas du tout compatible avec le maintien du réchauffement en dessous de 2 ° C ».