Alors que le président Rodrigo Duterte s’est fait vacciner devant les caméras pour accélérer la campagne contre le coronavirus, une polémique a émergé sur le choix fait pour un vaccin chinois non homologué.

Suite à cette polémique, il a alors annoncé le renvoi des vaccins chinois de la société Sinopharm en Chine. En effet, Rodrigo Duterte avait choisi un vaccin chinois non homologué par l’autorité de santé philippine. Le président a alors demandé à la Chine «de reprendre les 1 000 doses de Sinopharm» que le pays avait donnée aux Philippines et a dû «s’excuser publiquement».

Le président Rodrigo Duterte a expliqué qu’il a «demandé à l’ambassadeur de Chine de cesser d’envoyer des doses de Sinopharm» mais de continuer «à livrer les doses de vaccin de Sinovac», explique le journal Philippine Daily Inquirer.

Le CoronaVac, élaboré par le laboratoire chinois Sinovac, a été autorisé dans une vingtaine de pays, dont les Philippines. En Europe, l’Agence européenne des médicaments a annoncé le 4 mai qu’elle lançait une procédure d’examen pour son homologation.

Cette controverse pourrait prendre un autre tournant, car l’OMS a annoncé qu’elle prévoyait de finaliser sa décision sur l’utilisation d’urgence pour les deux vaccins chinois «d’ici à la fin de cette semaine».

Lire aussi : Le vaccin chinois Sinopharma été homologué d’urgence par l’OMC

A la suite de cette affaire, le GlobalTimes a annoncé que les autorités philippines avaient fait l’éloge des vaccins chinois contre le Covid-19 et dit espérer en acheter davantage. L’ambassadeur de Chine aux Philippines, Huang Xilian, a d’ailleurs assuré qu’ils ne les rendront pas, comme l’ont récemment affirmé certains médias.

L’ambassadeur Huang Xilian a déclaré au micro de Radio Chine Internationale que «certains rapports des médias ont récemment affirmé que le président Duterte m’avait contacté et voulait me rendre les vaccins COVID-19 fournis par la Chine. Ces rapports sont totalement fabriqués et diffusés de manière incorrecte».

Ce dernier a assuré «il y a quelques jours à peine, le président Duterte m’a dit qu’il avait toujours fait confiance aux vaccins chinois, croyant en leur sécurité et leur efficacité. Il appréciait le rôle clé que les vaccins chinois avaient joué dans la lutte contre l’épidémie aux Philippines».

Huang Xilian a indiqué que Rodrigo Duterte a récemment annoncé qu’il allait bientôt prendre la deuxième injection du vaccin fabriqué par le chinois Sinopharm, qui a été approuvé par l’Organisation mondiale de la santé pour une utilisation d’urgence.

Depuis que le premier lot de vaccins Covid-19 d’aide à la Chine est arrivé à Manille en février, les Philippines ont reçu cinq millions de doses, soit données par la Chine, soit achetées à la Chine, a souligné l’ambassadeur.

«La Chine est non seulement le premier pays à fournir une aide vaccinale aux Philippines, mais également le premier à la fournir par le biais de canaux commerciaux», a déclaré l’ambassadeur, notant que les vaccins chinois Sinovac sont devenus la principale option dans le pays, car plus de 90% des les vaccins acquis par les Philippines sont ceux de Sinovac.