mercredi, juin 19

Les européens appelent la Chine à revenir sur sa décision de révocation de députés

Les européens ont vivement dénoncé la révocation de quatre députés pro-démocratie à Hong Kong, suite au vote d’une loi permettant au gouvernement hongkongais de destituer des députés qui mettent en cause la sécurité nationale.

L’Union européenne a demandé à la Chine de revenir «immédiatement» sur les décisions qui ont entraîné la révocation de quatre députés pro-démocratie à Hong Kong le 11 novembre dans la matinée. A contrario, Londres et Berlin ont dénoncé les mesures de la Chine et ouvertement critiqué Beijing.

Lire aussi: À Hong Kong, le gouvernement local peut destituer des députés

L’UE appelle la Chine à la raison

«Nous appelons les autorités à Pékin et le gouvernement de Hongkong à revenir immédiatement sur leurs décisions et appelons à la réintégration immédiate» des députés démis de leurs fonctions, a déclaré dans un communiqué le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Josep Borrell, s’exprimant au nom des 27.

Le ministère allemand des Affaires étrangères considère cette mesure comme « la poursuite d’une tendance à saper le pluralisme et la liberté d’expression » à Hong Kong reprise en main par la Chine.

Le ministère s’est également dit « profondément inquiet » par les récentes évolutions. « Les citoyens de Hongkong ont le droit à des élections libres et régulières et aux libertés et droits garantis par la Loi fondamentale », a-t-il écrit dans un communiqué.

Londres s’insurge

Dominic Raab, ministre britannique des affaires étrangères

De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que l’éviction de ces quatre députés est « une nouvelle attaque contre le haut degré d’autonomie et les libertés (garantis à) Hongkong en vertu de la déclaration conjointe Royaume-Uni-Chine ».

« La décision de la Chine d’écarter arbitrairement de leur poste des députés élus de Hong Kong pro-démocratie représente une nouvelle attaque contre le haut degré d’autonomie et les libertés de Hong Kong en vertu de la déclaration conjointe Royaume-Uni-Chine », a déclaré dans un communiqué le ministre britannique.

« Cette campagne pour harceler, étouffer et disqualifier l’opposition démocratique ternit la réputation internationale de la Chine et met à mal la stabilité à long terme de Hong Kong », a-t-il ajouté.

A la suite de la révocation des députés hongkongais, le gouvernement britannique a convoqué l’ambassadeur de Chine à Londres, Liu Xiaoming, pour lui faire part de ses « profondes inquiétudes face à ces dernières actions ».

« Le Royaume-Uni continuera de dénoncer ces violations des droits et libertés de Hong Kong et de rappeler à la Chine les obligations auxquelles elle a librement consenti en vertu du droit international », a déclaré le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

D’après ce dernier, il s’agit d’une « violation flagrante » de l’accord de 1984 entre Londres et Beijing qui avait présidé à la rétrocession du territoire en 1997, a jugé le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab. « La Chine a une fois de plus trahi ses promesses et sapé le haut degré d’autonomie de Hong Kong. »

« Cette décision sur Hong Kong est justifiée et raisonnable », a réagi Liu Xiaoming. « Les fonctionnaires, députés compris, ne sont nulle part dans le monde autorisés à violer leur serment et à trahir leur pays ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *