L’accord commercial «phase un» entre les États-Unis et la Chine devrait doubler les exportations américaines vers la Chine au cours des deux prochaines années.

De gauhe à droite : Steven Mnuchin et Robert Lighthizer face à Liu He et Zhong Shan

D’après le représentant américain au Commerce, , l’accord est «totalement réalisé» malgré le besoin de traduction et de révision du texte. Ce dernier a expliqué sur la chaîne CBS qu’il y aurait des « scrubs » de routine dans le texte mais « cela est totalement fait, absolument. »

La date à laquelle les hauts responsables américains et chinois doivent officiellement signer l’accord est toujours en cours de détermination, a déclaré le représentant américain.

L’accord, annoncé après plus de deux ans et demi de négociations intenses entre Washington et Beijing, devrait réduire certains tarifs américains sur les produits chinois en échange d’une augmentation des achats chinois de produits agricoles, manufacturés et énergétiques américains pour 200 milliards de dollars (180 mds €) au cours des deux prochaines années.

La Chine s’est également engagée à conclure un accord visant à mieux protéger la propriété intellectuelle américaine, à freiner le transfert forcé de technologie américaine aux entreprises chinoises, à ouvrir son marché des services financiers aux entreprises américaines et enfin à éviter la manipulation de sa monnaie.

Les achats chinois de produits agricoles devraient passer de 40 à 50 milliards (36 à 45 mds €) de dollars par an au cours des deux prochaines années, a déclaré Robert Lighthizer. De leurs côtés, les États-Unis ont exporté environ 24 milliards de dollars (31,6 mds €) de produits agricoles vers la Chine en 2017, la dernière année complète avant que les deux plus grandes économies du monde ne lancent une guerre tarifaire sur leurs produits respectifs en juillet 2018.

L’accord a suspendu une série de droits de douane menacés sur une liste d’importations chinoises de 160 milliards de dollars (144 mds €) qui devait entrer en vigueur le 15 décembre.

Les États-Unis ont également convenu de réduire de moitié le taux de droit, à 7,5%, sur une liste de 120 milliards de dollars (108 mds €) de produits chinois, notamment des écouteurs Bluetooth, des haut-parleurs intelligents et des téléviseurs à écran plat.

La représentant américain et le Trésor américain ont déclaré que les informations – attestant que les négociateurs américains avaient proposé de réduire de moitié le taux de droit sur les 360 milliards de dollars de marchandises frappées par les tarifs – étaient « totalement fausses ».

« Aucune telle offre n’a jamais été faite à la Chine par les États-Unis. Il n’y a pas un seul négociateur américain bien informé qui soutiendrait ce mensonge », ont déclaré les institutions américaines dans un communiqué conjoint.

L’accord a finalement laissé 25% de droits de douane américains sur 250 milliards de dollars (225 mds €) d’importations chinoises. Pour Robert Lighthizer, « le succès de l’accord dépendra des décisions des responsables de Beijing ».

« En fin de compte, le fonctionnement de cet accord dépendra de la personne qui prendra les décisions en Chine, pas aux États-Unis », a déclaré Robert Lighthizer.

« Si les partisans de la ligne dure prennent les décisions, nous allons obtenir un résultat, si les réformateurs prennent les décisions – ce que nous espérons – alors nous allons obtenir un autre résultat », a ajouté ce dernier.

Le représentant américain a également déclaré que cela ne résoudrait pas tous les problèmes entre les États-Unis et la Chine, car l’intégration du système économique dominé par l’État chinois au système dirigé par le secteur privé américain prendra des années.