mercredi, mai 22

Les garde-côtes chinois accusés d’avoir tiré au canon à eau sur des navires philippins

Manille a accusé le 6 août les garde-côtes chinois d’avoir tiré au canon à eau sur des navires philippins en mer de Chine méridionale

Un nouvel incident entre Manille et Pékin est venu s’ajouter à la longue liste des différends entre les deux pays en mer de Chine méridionale. Manille a accusé le 6 août les garde-côtes chinois d’avoir tiré au canon à eau sur des navires philippins en mer de Chine méridionale, qualifiant ces actions d’«illégales» et de «dangereuses».

La Chine a déclaré avoir pris les «mesures nécessaires» contre des bateaux philippins qu’elle accuse d’être entrés «illégalement» dans ses eaux. D’ailleurs, un porte-parole des garde-côtes chinois a indiqué que « la Chine exhorte la partie philippine à cesser immédiatement son empiétement dans la zone maritime ».

« La Chine a une souveraineté indiscutable sur les îles Nansha, y compris Ren’ai Jiao, et ses eaux environnantes. La GCC continuera de faire respecter la loi dans les eaux sous juridiction chinoise », a déclaré Gan Yu.

Selon les garde-côtes philippins, l’incident s’est produit alors qu’ils escortaient des navires transportant du matériel pour le personnel militaire philippin stationné sur le Second Thomas, un atoll des îles Spratleys, en mer de Chine méridionale.

«Les garde-côtes philippins condamnent fermement les manœuvres dangereuses des garde-côtes chinois et l’utilisation illégale de canons à eau contre (leurs) navires», ont-ils déclaré dans un communiqué.

Le département d’État américain a condamné les «dangereux» agissements de la Chine, affirmant qu’ils étaient le fait de ses garde-côtes et «milices maritimes».

Manoeuvres «excessives et offensives»

Les forces armées des Philippines ont déclaré que les garde-côtes chinois avaient «bloqué et bombardé d’eau» l’un des navires de ravitaillement qu’elles avaient affrétés.

Ces manœuvres sont jugées «excessives et offensives» par Manille, qui atteste qu’un deuxième navire affrété n’a pas pu décharger sa cargaison destinée à une opération de routine de rotation des troupes, a précisé le colonel Medel Aguilar, porte-parole militaire philippin.

«Nous appelons les garde-côtes chinois et la Commission militaire centrale à agir avec prudence et à faire preuve de responsabilité dans leurs actions afin d’éviter les erreurs de calcul et les accidents qui mettraient en danger la vie des gens», a-t-il ajouté.

Pour le porte-parole des garde-côtes chinois, Gan Yu, la Chine a «mis en œuvre les mesures nécessaires conformément à la loi et arrêté les navires philippins transportant des matériaux de construction illégaux», a ajouté le porte-parole.

Le ministère philippin des Affaires étrangères a répliqué que Manille se contentait «d’exercer son droit souverain» sur l’atoll, situé dans sa zone économique exclusive.

Manille se plaint de voir ses navires patrouillant dans ces eaux contestées régulièrement surveillés ou bloqués par des garde-côtes ou des bateaux de la marine chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *