Plusieurs milliers d’ouvriers ont manifesté dans la province du Heilongjiang, pour le paiement des arriérés de salaires, le 12 mars. Selon une récente dépêche de l’Agence France Presse, des dizaines de mineurs ont été arrêtés par la police. Citant plusieurs sources locales, l’AFP note un « durcissement de la répression des mouvements sociaux a travers le pays ».

Près d’une trentaine de mineurs ont été emmenés par les policiers, samedi 12 et dimanche 13 mars, et d’autres durant cette semaine, a indiqué , M. Gao, ancien employé de compagnie minière. Aucune précision n’a été apporté sur le nombre total des personnes arrêtées.

Les grévistes avaient commencé samedi à défiler à travers les rues de Shangyashan, avec des panneaux réclamant le versement de leur paye. Ils ont pu se rendre jusque devant les locaux du Longmay Mining Holding Group, géant du charbon dans la région. La police a fini par intervenir, provoquant de violentes échauffourées avec les manifestants.

Un mineur de Shuangyashan, nommé M. Chen, a expliqué ce vendredi à l’AFP que « lui et ses collègues n’avaient toujours pas reçu plus de 60% des salaires qui leur étaient dus pour 2014 et 2015 ».

« Mais l’arrestation des organisateurs de la protestation a jeté un froid », a-t-il ajouté, indiquant que « désormais, les mineurs n’osent plus continuer à manifester ». « Moi-même, je suis sur le point d’être arrêté », a souligné M. Chen. L’Agence France Presse n’est pas parvenu à obtenir des informations sur la situation.

8 travailleurs grévistes prison 18032016

Condamnation de 8 travailleurs migrants ruraux de Langzhong, dans la province du Sichuan.

L’agence de presse Xinhua a relaté la condamnation de 8 travailleurs migrants ruraux de Langzhong, dans la province du Sichuan. Ils ont été condamnés à des peines d’emprisonnement allant de 6 à 8 mois pour perturbation du service public.

Le 29 août 2015 des centaines d’ouvriers ont manifesté pour le paiement de leurs salaires. Après avoir bloqué l’entrée du principal site touristique de Langzhou, ils ont « interdit aux touristes d’y entrer ou d’en sortir, afin de faire pression sur le gouvernement pour réclamer leurs salaires », a indiqué Xinhua.

Après avoir reçu un appel d’urgence, la police s’est rendue sur place afin de « persuader les travailleurs migrants de défendre leurs droits d’une manière légale. Cependant, la plupart des travailleurs n’ont pas écouté les recommandations de la police et même affirmé que celle-ci les avait battus ».

Selon les médias, plusieurs grévistes se seraient « emparés d’un policier et l’avaient amené au gouvernement municipal local ». « Le problème du paiement des salaires des travailleurs migrants a toujours été une préoccupation de la société actuelle », a indiqué le juge chargé de l’affaire.

Ce dernier a rappelé aux travailleurs qu’ils devaient « demander l’aide des services de l’inspection du travail, du bureau de la sécurité publique et des autorités judiciaires quand ils ne sont pas payés pour réclamer les salaires qui leurs sont dus ».

Malgré cette prise de conscience, les grévistes ont été condamné et aucune information n’a été diffusée sur le paiement ou non des salaires.