Cui Tiankai, ambassadeur de Chine aux États-Unis, a assuré que son gouvernement allait s’acquitter de « ses responsabilités dans la mise en œuvre de l’accord commercial de phase un et continue à acheter aux États-Unis malgré la pandémie de nouveau coronavirus (COVID-19) ».

D’après certains observateurs, ces propos pourraient être un signal indiquant que la Chine et les États-Unis seraient en passe d’améliorer leur communication, peut-être via des appels en vidéoconférence, afin de détailler la mise en œuvre de leur accord.

Dans une interview accordée à l’émission américaine Gzero World, Cui Tiankai a déclaré que la Chine «faisait sa part» pour respecter les conditions convenues, comme l’achat de certains produits agricoles aux États-Unis et la suppression de certaines restrictions imposées aux entreprises étrangères sur le marché financier chinois.

«Pour autant que je sache, même au cours des dernières semaines alors que nous étions confrontés à cette situation très grave et critique, les gens travaillaient encore à la mise en œuvre de cet accord de phase un», a indiqué Cui Tiankai.

A lire aussi : Washington et Beijing travaillent toujours à la mise en œuvre de l’accord commercial

Gao Lingyun, un expert de l’Académie chinoise des sciences sociales qui conseille le gouvernement sur les questions commerciales, a expliqué que la Chine avait commencé à acheter des produits agricoles américains comme du bœuf et du porc à la fin de 2019 et qu’elle n’avait pas interrompu ces achats cette année, bien que le processus d’approvisionnement ait été prolongé par des mesures de quarantaine plus strictes.

Interrogé par le CIIE, ce dernier a dit ne pas penser que « la Chine ait des problèmes pour remplir le volume d’achat promis cette année, tant que les États-Unis n’entravent pas le commerce». D’autant que le gouvernement s’est engagé à acheter pour 200 milliards de dollars (180 mds €) supplémentaires de biens et services américains d’ici la fin de 2021, comme convenu dans l’accord commercial.

Pour Song Guoyou, directeur adjoint du Centre des études américaines de l’Université Fudan de Shanghai, les équipes économiques et commerciales chinoises et américaines avaient maintenu des contacts étroits «dans tous les sens» malgré la pandémie.

«Bien que le COVID-19 ait apporté des incertitudes croissantes, les deux parties ont toujours une forte ‘volonté politique’ de mener à bien l’accord commercial de phase un», a précisé ce dernier, notant que les deux parties n’avaient pas officiellement parlé d’ajustement à l’accord commercial en raison de la pandémie.

Ni Feng, directeur adjoint de l’Institut des études américaines de l’Académie chinoise des sciences sociales, a estimé que le maintient des contact pourrait entraîner une accélération des discussions sur la mise en œuvre de l’accord commercial, via des vidéoconférences et d’autres moyens. Le but étant d’échanger sur la pistes permettant d’atténuer l’impact de la pandémie.

En dépit de ce prise de contact et du respect quasi partiel de la phase un de l’accord, certains experts se demandent comment la Chine et les États-Unis arriveront à régler leurs différends commerciaux.

Gao Lingyun a mit en exergue le positionnement de certains politiciens américains qui pourraient prendre des mesures pour contrecarrer l’exécution de l’accord de phase un. Cela entraînerait un ralentissement des négociations de la deuxième phase de l’accord.

Ces échanges devraient être très difficile, car la pandémie de Covid-19 est devenue un point de tension entre les deux pays. D’ailleurs, Ni Feng a estimé que les pourparlers de la deuxième phase ne commenceraient qu’après l’élection présidentielle américaine de novembre.

L’ambassadeur de Chine aux États-Unis a décrit la relation sino-américaine comme «complexe et globale», mais a souligné que Xi Jinping et Donald Trump « avaient maintenu une bonne communication et avaient convenu que la Chine et les États-Unis devaient travailler ensemble ».

«C’est le moment pour la solidarité et la coopération […] Je ne veux certainement pas assister à une escalade des tensions entre nos deux pays, et surtout pas en ce moment critique», a déclaré Cui Tiankai, ajoutant que les deux pays devraient rejeter toute tentative de «tirer un avantage politique de la souffrance des autres».