A la suite du 20ème Congrès du PCC, plusieurs événements diplomatiques ont eu lieu : tournée en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient du président Xi Jinping ; le ministre des Affaires étrangères, Qin Gang s’est rendu en Afrique; les écnages ont continué entre la Chine et de nombreux pays, dont la Russie; les dirigeants de plusieurs pays – Vietnam, Pakistan, Tanzanie, Allemagne, Cuba, République mongole, Laos… – ont effectué une visite en Chine ; et la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola va entamer sa première visite en Chine depuis son élection à la tête du Parlement européen.

La Chine a décidé de sortir de sa « diplomatie ses guerriers loups » pour une politique étrangère plus douce : la « diplomatie du sourire », tout en assurant le respect de sa souveraineté.

Lire aussi : Zhao Lijian, le « guerrier loup » muté au département des frontières terrestres et maritimes

Dans une interview accordée à China New, Yu Hongjun, vice-président de l’Association du peuple chinois pour la paix et le désarmement et ancien vice-ministre du Département international du Comité central du PCC, a expliqué que « face à une conjoncture internationale mouvementée, la Chine a ainsi fait entendre sa voix dans l’optique de promouvoir le développement et la gouvernance au niveau mondial. C’est un signal fort qu’elle a envoyé à la communauté internationale en tant que nation rationnelle, confiante et responsable ». 

Selon lui, la Chine est perçue à l’étranger « comme une nation qui décidera toujours de ses politiques et de ses positions sur les grandes questions internationales et régionales en fonction de ce qui est juste, tout en poursuivant une politique étrangère indépendante, fondée sur un développement pacifique et une coopération gagnant-gagnant ».

Dans le cadre du G20, la déclaration finale du Sommet de Bali, en novembre, « a intégré les concepts et les propositions de la Chine en matière de coopération économique internationale. La liste des projets de coopération du G20 tient également compte des 15 projets de coopération proposés par la Chine ».

« La Chine prône une large participation à la mondialisation économique et à une gouvernance mondiale basée sur une large consultation, une contribution conjointe et des bénéfices partagés », selon Yu Hongjun.

De son côté, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a expliqué lors d’une intervention le 25 décembre 2022 durant le Séminaire sur la situation internationale et les relations extérieures de Chine, qu’à l’avenir la Chine va

  • poursuivre son engagement initial et sa mission de progrès de l’humanité et d’harmonie dans le monde. Il est également question de « renouveau de la nation chinoise » et de « la noble cause de la paix et du développement de l’humanité », ainsi que la préservation et de la réforme du système international.
  • poursuivre la modernisation à la chinoise pour créer une nouvelle forme de la civilisation humaine et fournir de nouvelles options aux pays en développement.
  • poursuivre le développement pacifique. « Jamais nous ne prétendrons à l’hégémonie ni ne pratiquerons l’expansionnisme », a assuré Wang Yi.
  • poursuivre toujours une vision mondiale. « Nous œuvrerons activement à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité et à l’avènement d’un monde de paix durable, de sécurité universelle, de prospérité commune, ouvert, inclusif, propre et beau ».
  • poursuivre l’ouverture de haut niveau via l’ouverture mutuellement bénéfique, la mondialisation économique, la libéralisation et la facilitation du commerce et de l’investissement.
  • poursuivre l’indépendance et l’autonomie. « Nous privilégierons le partenariat et le dialogue plutôt que l’alignement et la confrontation, déterminerons notre position toujours selon la réalité des faits et préconiserons le respect, la confiance et le bénéfice mutuels entre pays, et œuvrerons à l’approfondissement et à l’élargissement de partenariats d’égal à égal, ouverts et coopératifs dans le monde ».
  • poursuivre le dialogue entre civilisations.
  • poursuivre l’esprit combatif. « Combattre, c’est pour préserver les principes et sauvegarder la justice. Les intérêts vitaux de l’État ne souffriront aucune atteinte, la souveraineté et l’intégrité territoriale, aucune violation, et la réunification du pays et le renouveau de la nation, aucun préjudice. C’est la détermination et la fermeté du peuple chinois, c’est le caractère intègre de la nation chinoise ».