Le directeur de la police fédérale a estimé que la Chine a « des préférences » pour les prochaines élections aux Etats-Unis. Ce dernier a révélé avoir ouvert une nouvelle enquête de contre-espionnage impliquant Pékin « toutes les dix heures ».

« La campagne d’influence pernicieuse de la Chine vise nos politiques et nos positions 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an », a déclaré Christopher Wray lors d’une intervention au cercle de réflexion Hudson Institute à Washington.

Pour lui il n’y a « pas de menace spécifique » sur le scrutin du 3 novembre, lors duquel l’actuel président républicain Donald Trump briguera un second mandat face au candidat démocrate Joe Biden.

Christopher Wray a estimé que ces pressions « permanentes » ont « évidemment des implications pour les élections« , ajoutant que la Chine a « sans aucun doute des préférences« .

Le patron du FBI a décrit les efforts croissants de la Chine pour s’approprier les secrets technologiques américains. « Sur dix ans, on a assisté à une hausse de 1.300% des dossiers d’espionnage économique impliquant la Chine« , a-t-il assuré.

Ce dernier a évoqué « l’un des plus importants transferts de richesses de l’histoire humaine« . Les milliers d’enquêtes contre la Chine vont du vol de données personnelles, à des intrusions dans la recherche universitaire ou à des pressions sur des dissidents réfugiés aux Etats-Unis, a-t-il détaillé.

« On en est arrivé au point où le FBI ouvre une nouvelle enquête de contre-espionnage liée à la Chine toutes les dix heures« , a-t-il assuré. « En ce moment-même, la Chine travaille à compromettre (…) la recherche américaine sur le Covid-19« , a-t-il ajouté.

Pour Christopher Wray, ces campagnes coordonnées par la Chine représentent « la plus grande menace à long-terme » pour la sécurité des Etats-Unis.