Avec notre stagiaire Marie-Lou Cazillac – Du sable et de la poussière en suspension devraient affecter Beijing à partir du 6 mai, selon l’observatoire municipal de Beijing.

Sous l’impact d’un cyclone mongol et de vents violents, la tempête de sable devrait persister jusqu’à jeudi soir, lorsqu’un vortex froid devrait apporter des pluies dans les zones montagneuses de Beijing.

L’observatoire a émis le 5 mais une alerte jaune aux vents violents et une alerte bleue aux tempêtes de sable. Cette situation ne concerne pas seulement la capitale chinoise, mais toute la Chine. 

Ainsi, le Centre météorologique national avait prévu que du 15 avril à 20h, au 16 avril à la même heure, du sable et de la poussière en suspension allaient frapper le sud du bassin du Xinjiang, le Gansu, le Ningxia, la Mongolie intérieure, le Liaoning, l’ouest du Jilin, le Shaanxi, le Shanxi, Pékin, Tianjin, Hebei, Henan, le Shandong, l’Anhui, le nord du Jiangsu et le Hubei.

Lire aussi : La superficie des déserts et terres sableuses en Mongolie intérieure diminuent

Le Centre avait également prévu que certaines régions de l’ouest de la Mongolie intérieure connaîtraient des tempêtes de sable.

« Cette fois-ci, l’intensité de la tempête de sable devrait être faible, avec des vents forts et une vitesse de déplacement rapide, mais aussi d’une grande ampleur », avait déclaré Zhang Tao, prévisionniste en chef du Centre météorologique national, le 15 avril.

Il avait également ajouté que, à l’instar de celles qui avaient frappé en mars, la tempête de sable allait souffler depuis la Mongolie et l’ouest de la Mongolie intérieure, sous l’effet de cyclones et de basses températures.

La différence est que, depuis la fin du mois de mars jusqu’au début du mois d’avril, les précipitations dans ces régions étaient plus abondantes que d’habitude et les températures  également plus élevées, ce qui est favorable à la croissance de la végétation, tout comme l’est aussi l’état actuel des sols.

Par conséquent, la quantité de sable dans l’air était inférieure à celle des deux tempêtes de sable précédentes. La concentration en particules fines était donc d’environ 3 000 microgrammes par mètre cube.

Le 15 mars, elle dépassait 10 000 microgrammes par mètre cube, et 6 000 microgrammes par mètre cube le 28 mars. Une tempête de sable avec une visibilité réduite de 1 km n’était donc pas attendue au Nord de la Chine.

« L’air étant particulièrement froid et les rafales relativement fortes, cela a permis au temps poussiéreux de voyager plus vite et plus loin vers le Sud. Une tempête de sable est donc attendue dans la plupart des régions au Nord du fleuve Yangtze », avait déclaré Zhang Tao.

Selon lui, le 16 avril, le Jiangnan risquait également d’être impacté, mais d’une plus faible mesure. Ainsi, le risque de respirer des particules fines y était moins élevé, mais la concentration de PM 10 devrait augmenter, ce qui affecterait la qualité de l’air.

Par rapport aux années précédentes, la fréquence des tempêtes de sable a augmenté. « Elles sont plus nombreuses cette année. Il y en a déjà eu 7 jusqu’à présent », a indiqué Rao Xiaoqin, ingénieur en chef à l’Administration météorologique de Chine.

Cela est principalement dû à l’érosion des sols en Mongolie et en Mongolie intérieure. En effet, les précipitations se font rares dans ces régions, tandis que les températures sont élevées, ce qui les rendent propices à la sécheresse. Avec les changements fréquents de températures, les vents forts formés à partir de l’air chaud et de l’air froid favorisent l’apparition de tempêtes de sable.

Ce temps poussiéreux qui inquiète tant les gens deviendra-t-il la norme pour autant ? Impossible, a tranché Rao Xiaoqin. À long terme, avec le réchauffement climatique, le phénomène de la mousson hivernale et de son air froid s’affaiblira, tout comme celui qui favorise l’apparition de tempêtes de sable. Selon des statistiques, la saison du printemps, de mars à mai, est la plus propice à la création de tempêtes, car tous les ans, 80% du sable et de la poussière est créé à cette période.

Les autorités s’attendent à ce que, à la fin avril, la hausse des précipitations et de la température permette la croissance de la végétation et la stabilisation des sols, ainsi que la réduction de l’ampleur et de l’intensité des tempêtes de sable.

« Cependant, puisqu’elles se produisent principalement au printemps, il est possible que d’autres surviennent le mois prochain. Cette année, l’état des sols n’est pas idéal. Si les conditions météorologiques le permettent, l’apparition de nouvelles tempêtes de sable est possible » a ajouté Rao Xiaoqin.

Enfin, Zhang Tao a indiqué que le vent formé à partir d’air froid est le plus fort depuis le début du printemps. Il y a également eu des rafales de vent de niveau 10 provenant de la Mongolie et de l’ouest de la Mongolie intérieure.

Dans l’après-midi du 15 avril, des rafales de niveau 10 ou plus sont apparues dans les zones de haute altitude du centre de la Mongolie intérieure, du nord du Shaanxi, du centre et du nord du Shanxi, du nord-ouest du Hebei et du nord-ouest de Pékin. La population doit rester vigilante face aux effets néfastes des tempêtes de sable.