Meng Hongwei, 65 ans, a « fait montre de repentance » pour avoir accepté 14,46 millions de yuans (1,86 million d’euros) de pots-de-vin, a indiqué le Tribunal populaire intermédiaire n°1 de Tianjin.

La disparition de Meng Hongwei avait défrayé la chronique LIEN Il avait disparut d’Interpol en septembre 2018, ne donnant aucunes nouvelles de lui après avoir quitté Lyon.

« Le verdict sera annoncé à une date ultérieure« , selon la même source, son procès n’ayant apparemment duré qu’une demi-journée. « De 2005 à 2017, l’accusé Meng Hongwei a profité de ses fonctions et de ses pouvoirs (…) afin d’aider des entreprises dans leurs affaires et des individus à obtenir des promotions hiérarchiques » contre rémunération, a écrit le tribunal.

« Il a fait une déclaration finale, lors de laquelle il a reconnu sa culpabilité et a fait montre de repentance », a précisé le tribunal. De son côté, l’épouse de Meng Hongwei, Grace Meng, et ses deux enfants, ont obtenu l’asile politique en France début mai, selon leur avocat.

Le gouvernement chinois avait adressé peu après une mise en garde à Paris après l’octroi de cet asile politique, dénonçant « un abus total de la procédure française ».