samedi, juin 22

L’Inde adresse une vive protestation à la Chine au sujet d’une carte revendiquant le « territoire de l’Inde ».

Le 28 août, le ministère chinois des Ressources naturelles a publié l’édition 2023 de la carte standard, provoquant la colère de l’Inde qui a adressé une vive protestation à la Chine au sujet d’une carte revendiquant le « territoire de l’Inde ».

L’Inde a déclaré qu’elle avait déposé une protestation énergique auprès de la Chine concernant la nouvelle carte qui revendique le territoire de l’Inde, dernière polémique en date dans les relations déjà tendues entre la Chine et l’Inde.

La protestation de New Delhi fait suite à des informations parues dans les médias indiens concernant la « carte standard » officielle de la Chine montrant l’État indien de l’Arunachal Pradesh et le plateau de l’Aksai Chin comme étant son territoire officiel.

La Chine a affirmé que l’Arunachal Pradesh, situé dans l’est de l’Himalaya, fait partie du Tibet méridional et a publié en avril 2023 une carte renommant 11 localités de l’État comme faisant partie du « Zangnan« , c’est-à-dire du Tibet méridional en chinois. L’Aksai Chin est un plateau contesté dans l’ouest de l’Himalaya, revendiqué par l’Inde mais contrôlé par la Chine.

« Nous avons aujourd’hui déposé une protestation énergique par voie diplomatique auprès de la partie chinoise au sujet de la soi-disant ‘carte standard’ de la Chine de 2023 qui revendique le territoire de l’Inde », a déclaré le porte-parole du ministère indien des affaires étrangères.

« Nous rejetons ces revendications car elles n’ont aucun fondement. Ces mesures prises par la Chine ne font que compliquer la résolution de la question des frontières », a-t-il ajouté.

Le ministre indien des affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, a rejeté les revendications territoriales de la Chine. « Le fait de revendiquer de manière absurde le territoire de l’Inde n’en fait pas un territoire chinois », a déclaré ce dernier à la chaîne d’information NDTV.

La protestation de New Delhi intervient quelques jours après l’entretien entre le Premier ministre indien Narendra Modi et le président chinois Xi Jinping en marge du sommet des BRICS qui s’est tenu à Johannesburg. Le Premier ministre indien a fait part de ses inquiétudes quant à l’impasse dans laquelle se trouve leur frontière himalayenne contestée.

Lire aussi : Rencontre entre Xi Jinping et Narendra Modi en marge du sommet des BRICS

Les relations entre la Chine et l’Inde, dotés de l’arme nucléaire, se sont détériorées après que des soldats chinois et indiens se sont affrontés dans l’Himalaya en juin 2020, entraînant la mort de 20 soldats indiens et de quatre soldats chinois.

Bien que la situation sur la frontière de près de 3 000 km soit calme depuis, l’affrontement se poursuit dans quelques poches avec des dizaines de milliers de soldats amassés de part et d’autre de la frontière dans l’ouest de l’Himalaya.

Interrogé en conférence de presse sur le sujet, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué que « le 28 août, le ministère chinois des Ressources naturelles a publié l’édition 2023 de la carte standard. Il s’agit d’une pratique courante dans le cadre de l’exercice de la souveraineté de la Chine, conformément à la loi. Nous espérons que les parties concernées resteront objectives et calmes, et qu’elles s’abstiendront de surinterpréter la question ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *