Les équipements du géant chinois des télécommunication, Huawei, seront désormais interdits tant dans les réseaux 4G que pour les équipements 5G futurs de l’Inde.

Cette décision correspond à une seconde vague de mesures anti-chinoises de Dehli. Après une phase «logiciel» en juin, lorsque le gouvernement de Narendra Modi a interdit de nombreux services et applications chinois, comme l’emblématique TikTok.

Cette fois, l’Inde entre dans une phase «matériel», en bloquant les équipements de Huawei. Ces décisions ont été prises après les violents affrontements entre les troupes indiennes et chinoises qui ont eu lieu en juin 2020 dans une partie de la province himalayenne du Ladakh, petit territoire de l’union indienne.

Si le bannissement de Huawei du second pays le plus peuplé de la planète risque de peser lourdement sur Huawei, et ses opérateurs partenaires sur place, comme Bharti Airtel ou Vodafone. Toutefois, les européens de Nokia et Ericsson et les coréens de Samsung devraient être les grands gagnants de cette exclusion.

New Delhi n’a pas émis d’interdiction écrite formelle contre des fournisseurs d’équipements chinois tels que Huawei et ZTE, et le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi n’a pas fait de déclaration publique de ce type.

Lire aussi : L’inde devrait exclure Huawei et ZTE de son réseau 5G

Certains experts assurent que New Delhi ne devrait pas interdire officiellement Huawei ou d’autres sociétés d’équipement chinoises, par crainte que cela ne provoque une réponse ferme de la Chine.

Cependant, les dirigeants du secteur et les responsables gouvernementaux affirment que les principaux ministères ont clairement indiqué que les fournisseurs de services de télécommunications locaux devraient éviter d’utiliser des équipements chinois dans les investissements futurs, y compris dans les réseaux 5G.

Lire aussi : L’Inde interdit 59 applications mobiles chinoises

« Il est désormais clair que le gouvernement n’autorisera pas les équipements chinois », a déclaré un haut dirigeant de l’industrie des télécommunications au journal Financial Times. Le département indien des télécommunications, a ajouté le dirigeant, « a déjà interdit les tests 5G avec les fournisseurs chinois ».