L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a dénoncé l’ingérence du Royaume-Uni dans les affaires intérieures de son pays en soulevant la soi-disant « question des droits de l’Homme » au Xinjiang, jugeant qu’elle avait « gravement empoisonné » l‘atmosphère des relations sino-britanniques.

Big Ben and westminster bridge in London

Lors d’une conférence de presse en ligne, Liu Xiaoming a observé que les relations entre la Chine et le Royaume-Uni avaient récemment rencontré une série de difficultés et se trouvaient dans une situation grave. Le Royaume-Uni a «empoisonné l’atmosphère» de ses relations avec la Chine et met en péril la vision post-Brexit de la Grande-Bretagne en se mettant à dos la Chine. L’âge d’or des relations Chine-UK sont loin derrières.

Liu Xiaoming a déclaré que les relations entre les deux pays se trouvaient à «un tournant politique historique» à la suite de récents différends concernant Hong Kong et le rôle de la société de technologie Huawei dans le réseau 5G du Royaume-Uni. Il a averti que Londres «en paierait le prix» si elle traitait la Chine comme un État hostile.

Lire aussiLondres accuse la Chine de violations « flagrantes » au Xinjiang

« La partie britannique devrait assumer l’entière responsabilité des difficultés actuelles » que connaissent les relations bilatérales, a indiqué le diplomate, selon qui « la Chine ne s’est jamais immiscée dans les affaires intérieures d’autres pays, dont le Royaume-Uni, et nous demandons la même chose aux autres pays ».

Sur le Xinjiang, l’ambassadeur de Chine a déclaré que le Royaume-Uni avait « ignoré les faits et confondu le bien et le mal ». « Il a imprudemment calomnié la politique chinoise au Xinjiang et s’est immiscé dans les affaires intérieures de la Chine en soulevant la soi-disant ‘question des droits de l’Homme’ au Xinjiang, de manière bilatérale et multilatérale », a-t-il dénoncé.

Outre la question du Xinjiang, Liu Xiaoming a également pointé du doigt les récentes mesures prises par Londres suite à l’adoption de la loi sur la sécurité nationale pouf Hong Kong. Celles-ci s’apparentent à une nouvelle ingérence du Royaume-Uni dans les affaires intérieures de la Chine.

« Les mesures prises par les Britanniques, notamment les accusations infondées contre la loi de sécurité nationale pour la Région administrative spéciale de Hong Kong, la modification de la politique concernant les détenteurs de passeports britanniques d’outre-mer et la suspension du traité d’extradition avec Hong Kong, ont gravement perturbé la stabilité et la prospérité de Hong Kong », a énuméré le diplomate.

« Certains responsables politiques britanniques ont toujours une mentalité de la Guerre froide et relaient les propos des forces anti-chinoises au Royaume-Uni et à l’étranger, en brandissant la soi-disant ‘menace chinoise’ et en considérant la Chine comme un ‘Etat hostile' », a accusé l’ambassadeur.

Lire aussiLa Chine dénonce de nouveau la mentalité américaine de « guerre froide »

Malgré ces nombreux points de tensions, le diplomate chinois a assuré que la Chine souhaite conserver et préserver son partenariat avec Londres : « Une relation saine et stable entre la Chine et le Royaume-Uni est non seulement dans l’intérêt fondamental des peuples des deux pays, mais aussi propice à la paix et à la prospérité dans le monde« , a-t-il dit.

« Nous avons mille raisons de faire de cette relation un succès, et pas une seule raison de la laisser échouer » a conclut ce dernier lors d’une conférence de presse en visioconférence.