Le Royaume-Uni a assuré ce 29 janvier vouloir défendre «la liberté et l’autonomie» de Hong Kong avec le lancement de ses nouveaux visas à long terme pour les habitants de l’ancienne colonie britannique.

Big Ben and westminster bridge in London

Londres réagit ainsi à la loi controversée sur la sécurité nationale instaurée à Hong Kong, fin juin 2020.

Désormais, les hongkongais possédant un passeport britannique d’outre-mer peuvent demander à partir du 31 janvier ce document qui leur permet de vivre et travailler au Royaume-Uni pendant cinq ans et à terme de demander la nationalité britannique.

Le passeport britannique d’outre-mer est un document hérité de la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997. D’ailleurs, auparavant, ils avaient le droit de visiter le Royaume-Uni que pour six mois, sans pouvoir y travailler.

Cet élargissement permet d’«honorer nos profonds liens historiques et amicaux avec le peuple de Hong Kong», a affirmé le Premier ministre Boris Johnson dans un communiqué. Ce dernier a assuré vouloir «défendre» ainsi «la liberté et l’autonomie – des valeurs auxquelles le Royaume-Uni et Hong Kong sont attachés».

Lire aussi : Boris Johnson met en garde contre une « sinophobie irréfléchie »

Cette modification avait été promise par le gouvernement britannique en juillet 2020, en réaction à l’instauration par la Chine à Hong Kong d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale, dans un contexte de manifestation importante en 2019.

Cette dernière «constitue une violation claire et grave de la déclaration conjointe sino-britannique» signée en 1984, a réaffirmé le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab.

La demande de visa à partir de Hong Kong coûtera 250 livres (280 euros) mais les bénéficiaires devront débourser des frais supplémentaires pour accéder au service public de santé (3.120 livres pour un adulte, plus de 3.500 euros).

Lire aussi : Londres ouvre ses portes aux hongkongais

Actuellement, Londres dénombre environ 350.000 titulaires du BN(O), un chiffre qui a presque doublé depuis le début de la contestation à Hong Kong il y a un an et demi. Mais 2,9 millions d’autres hongkongais, nés avant 1997, sont éligibles à l’obtention de ce document.

Selon le ministère de l’Intérieur, 7.000 détenteurs d’un BN(O) se sont rendus au Royaume-Uni entre juillet 2020 et mi-janvier 2021, grâce à une procédure exceptionnelle. Londres estime que le nouveau système pourrait attirer jusqu’à 322.400 de leurs compatriotes sous cinq ans.