L’inflation a sensiblement ralenti en mars après avoir atteint le mois précédent son rythme annuel le plus élevé depuis 2014. D’après les données du Bureau national de la statistique, l’indice CPI des prix à la consommation a augmenté de 2,1% sur un an le mois dernier.

Sur une base mensuelle, l’IPC a diminué de 1,1%. L’indice des prix à la consommation de base, qui exclut les prix volatils des aliments et de l’énergie, a augmenté de 2,0% en mars, comparativement à 2,5% en février. L’indice des prix des aliments a augmenté de 2,1% par rapport à l’année précédente, après avoir progressé de 4,4% en février.

Ce chiffre est situé en dessous du consensus des économistes qui anticipaient en moyenne +2,6%. En février, il avait culminé à +2,9%, sous l’effet de la forte demande des chinois durant les vacances du Nouvel An. Cette donnée de février aura été la plus élevée depuis novembre 2013.

Le gouvernement avait pourtant annoncé en mars s’être fixé un objectif d’une inflation « d’environ 3% » pour 2018, un chiffre conforme à son objectif pour 2017.

« Pour le moment, rien n’indique que la Chine exporte de l’inflation dans le monde », a déclaré Li Wei, économiste principal chez Standard Chartered  à Shanghai, qui prédit que l’IPP et l’IPC se stabiliseraient lors de la seconde moitié de 2018.

De son côté, le gouverneur de la banque centrale, Yi Gang, avait déclaré le mois dernier qu’il pensait que les pressions inflationnistes des consommateurs seraient faibles cette année, et que les augmentations des prix à la production ralentiraient.

A contrario, les prix à la production ont augmenté de 3,1% en mars sur un an, après 3,7% en février. Il s’agit du 5ème mois consécutif de ralentissement pour les prix à la sortie des usines, confirmant l’essoufflement de la deuxième économie mondiale. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une hausse de 3,2%.