Le département d’État a défendu le 18 juillet sa décision d’approuver une éventuelle vente d’armes à Taïwan d’une valeur de plus de 100 millions de dollars après que la Chine a demandé aux États-Unis d’annuler l’accord.

L’administration Biden a accordé à Taipei la fourniture d’un montant de 108 millions de dollars en chars et autres équipements de véhicules de combat, ainsi qu’un soutien logistique. Cet accord a provoqué la colère de la Chine, qui a exigé l’annulation de la commande, selon les médias chinois.

Cependant, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a défendu l’accord préliminaire, réitérant que les États-Unis ont des « obligations » en vertu de la loi américaine de fournir à Taiwan les articles militaires dont il a besoin pour se défendre.

« En vertu de la loi sur les relations avec Taiwan, nous mettons à la disposition de Taiwan les articles et services de défense nécessaires pour permettre à Taiwan de maintenir une capacité d’autodéfense suffisante. C’est quelque chose que les administrations successives ont fait. C’est tout à fait conforme à notre politique d’une seule Chine », a déclaré Ned Price.

La vente est actuellement examiné par le Congrès, mais il est presque certain qu’elle sera approuvée par le Congrès sans opposition.

Les relations des États-Unis avec Taïwan sont depuis longtemps régies par le Taiwan Relations Act de 1979. Cette loi engage les États-Unis à fournir à Taipei les ressources dont il a besoin pour se défendre contre une attaque potentielle, mais elle n’engage pas explicitement les États-Unis à intervenir militairement si Taïwan est envahie par la Chine.

En mai 2022, le président Joe Biden a explicitement déclaré que les États-Unis défendraient Taïwan en cas d’invasion chinoise, mais les propos ont été rapidement ignorés par ses responsables.

Lire aussi : Les États-Unis défendront militairement Taïwan contre une invasion chinoise

De plus, au même moment, les chefs démocrate et républicain de la commission sénatoriale des relations étrangères ont présenté une législation proposant une refonte majeure de la politique américaine à l’égard de Taiwan.

La législation, présentée par les sénateurs Bob Menendez et Lindsey Graham, fournirait à Taïwan environ 4,5 milliards de dollars d’aide à la sécurité au cours des quatre prochaines années et désignerait Taïwan comme étant un allié non membre de l’OTAN. Taïwan est déjà traité comme tel en vertu de la loi américaine, mais l’étiquette n’a pas été pratiquement appliquée.

La loi ajouterait en outre un soutien supplémentaire des États-Unis à l’inclusion de Taiwan dans les organisations internationales et les blocs commerciaux.

LA CHINE EXHORTE LES ÉTATS-UNIS A CESSER LES VENTES D’ARMES A TAÏWAN

La Chine a exhorté les Etats-Unis à cesser immédiatement les ventes d’armes à Taiwan et à appliquer fidèlement leur déclaration de non-soutien à « l’indépendance de Taiwan ».

En réponse à la déclaration de Ned Price, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a réitéré la ferme opposition de la Chine au nouveau projet de ventes d’armes à Taiwan par les Etats-Unis. « Nous avons déposé des représentations sévères auprès de la partie américaine. »

Ce dernier a indiqué que la « Loi sur les relations avec Taiwan est une loi nationale concoctée unilatéralement par les Etats-Unis ». Pour Zhao Lijian, elle enfreint « gravement les droits internationaux universellement reconnus et les normes fondamentales des relations internationales ». Il a ajouté qu’elle allait à l’encontre du principe d’une seule Chine et des dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains. « La Chine n’a jamais reconnu et s’est toujours opposée à une telle loi ».

« Les Etats-Unis ne sont pas du tout en droit de brandir une telle loi pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et vendre des armes à Taiwan », a ajouté le porte-parole de la diplomatie chinoise.

L’insistance des Etats-Unis à vendre des armes à Taiwan a gravement violé le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, a encouragé les forces sécessionnistes de « l’indépendance de Taiwan » et a intensifié les tensions à travers le détroit de Taiwan, a déclaré Zhao Lijian.

« Les Etats-Unis doivent immédiatement cesser de vendre des armes à Taiwan et d’entretenir des contacts militaires avec l’île, cesser de créer des facteurs de tension dans le détroit de Taiwan et appliquer fidèlement la déclaration de non-soutien à l' »indépendance de Taiwan » faite par leur gouvernement », a ajouté le porte-parole.

TAIPEI REMERCIE WASHINGTON POUR L’AUTORISATION D’UNE 4EME VENTE D’ARME

De son côté, le ministère taïwanais des Affaires étrangères a dit apprécier l’engagement du gouvernement des Etats-Unis à renforcer les capacités de défense de Taiwan en accord avec le TRA et les Six Assurances.

Les Etats-Unis ont indiqué le 15 juillet avoir autorisé une nouvelle vente d’armes à Taiwan d’une valeur de 108 millions de dollars américains. Cette annonce a été saluée le lendemain à Taipei par le ministère des Affaires étrangères.

Il s’agit de la quatrième vente d’armes à Taiwan approuvée par l’administration Biden cette année, et de la cinquième depuis l’investiture du président américain en janvier 2021, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué publié sur le site du gouvernement. La vente porte sur des pièces de rechange et de réparation pour chars et véhicules de combat, ainsi que sur le soutien technique et logistique correspondant.

D’après le ministère, « cette vente souligne l’engagement du gouvernement des Etats-Unis envers le Taiwan Relations Act (TRA) et les Six Assurances. Elle renforce aussi la capacité des forces armées de la République de Chine (Taiwan) à défendre le peuple et le mode de vie libre et démocratique du pays ».

« Taiwan remercie les Etats-Unis pour leur soutien solide comme le roc », poursuit le ministère, . Le gouvernement continuera à approfondir sa coopération avec des partenaires du monde entier partageant les mêmes vues de manière à faire progresser la paix, la prospérité, la stabilité et un ordre fondé sur des règles dans le détroit de Taiwan et la région. Le TRA est la loi américaine qui encadre depuis 1979 les relations entre Taipei et Washington en l’absence de reconnaissance diplomatique, a rappelé le ministère.

Les Six Assurances ont été données en 1982 à Taiwan par le président Ronald Reagan. Elles engagent Washington à ne pas définir de date pour la cessation de la livraison d’armements à Taiwan, à ne pas consulter Pékin sur les ventes d’armes à Taiwan, à ne pas jouer de rôle de médiateur entre Taipei et Pékin, à ne pas réviser les termes du TRA, à ne pas changer sa position sur la question de la souveraineté de Taiwan et à ne pas exercer de pressions sur Taipei pour ouvrir des négociations avec Pékin.