Après la joute entre médias interposés, le président chinois Xi Jinping, a appelé toutes les parties à faire preuve de retenue et à revenir le plus rapidement possible sur la table des discussions dans le dossier nord-coréen.

Le ministère des Affaires étrangères a diffusé le 3 mai, un communiqué dans lequel, il assure que « la tâche urgente est de faire baisser la température et de reprendre les discussions ».

Geng Shuang, porte-parole du ministère, a indiqué que son gouvernement exhorte Washington, Séoul et Pyongyang à « rester calmes et à faire preuve de retenue, à cesser de s’agacer mutuellement et à travailler dur pour créer une atmosphère de contact et de dialogue entre toutes les parties ».

D’après des sources diplomatiques, citées par l’agence de presse britannique, Reuters, les Etats-Unis discutent avec la Chine de la possibilité d’opposer à Pyongyang une riposte plus ferme au Conseil de sécurité, après les récents tirs expérimentaux de missiles balistiques nord-coréens.

De son côté, Pyongyang a dénoncé le déploiement de deux bombardiers supersoniques américains lors d’exercices militaires, jugés menaçant pour la sécurité nationale de la Corée du nord.

Les deux parties refusent la proposition chinoise de geler les programmes nucléaire et balistique nord-coréens, en échange d’un arrêt des exercices militaires entre les États-Unis et la Corée du Sud, liés par un traité d’alliance depuis la Guerre de Corée (1950-53).

Pour le ministère chinois des affaires étrangères, cette proposition est « sensée et raisonnable« , mais les États-Unis et la Corée du nord l’ont plusieurs fois rejetée.