Xi Jinping, secrétaire général du PCC et président de la République populaire de Chine

Organisé tous les 5 ans, le congrès permet de renouveler les instances dirigeantes du parti : comité central (205 membres), bureau politique (25 membres) et comité permanent (politburo, 7 membres). Ce sera aussi l’occasion de renouveler le mandat du secrétaire général du PCC, Xi Jinping, également président de la République Populaire de Chine.

Ce renouvellement des cadres est l’enjeu de ce congrès, car il montrera l’étendu du pouvoir de Xi Jinping au sein du parti et ses plans de succession. A l’instar de Mao Zedong, Xi Jinping souhaite intégrer sa pensée à la Constitution.

Raison pour laquelle les amendements prévus à la charte du parti devraient définir si sa ligne idéologique d’instauration d’un socialisme à la chinoise sera prit en compte. Interrogé par Le Monde, le politologue sino-américain, Cheng Li, les membres de la 6ème génération, devraient être majoritaire au sein du comité central.

Renouveler les instances

2 338 délégués issus d’une quarantaine de circonscriptions électorales, parmi plus de 89 millions de membres du PCC vont examiner le rapport réalisé par Xi Jinping et le rapport de travail remis par la dernière Commission centrale de contrôle de la discipline, examiner l’Amendement des Statuts du Parti et élire un nouveau Comité central.

Celui-ci va par la suite désigner le bureau politique, et surtout le comité permanent, instance suprême du parti. Le comité central désigne également la Commission disciplinaire centrale du parti, qui lutte contre la corruption. La Commission militaire centrale est aussi élue par le comité central.

Parc d’attraction du PCC à Wuhan

Créé en 1921, le PCC comptait une cinquantaine de membres, lors de la proclamation en 1949 de la République populaire de Chine, le nombre de ses membres s’est élevé à presque 4,5 millions. En 2016, le Parti comptait 89,447 millions de membres, faisant de lui le plus grand parti politique du monde.

Les membres du Parti proviennent de tous les milieux de la société :

– ouvriers et agriculteurs représentent 36,95% du total de ses membres,

– les personnels qualifiés et d’encadrement avec 25,21%,

– le reste est constitué de responsables, d’étudiants et de retraités.

Le parti compte plus de 4,5 millions de cellules dans tout le pays, dont chacune regroupe 20 membres en moyenne. Selon les Statuts du Parti, cité par Radio Chine Internationale, une cellule doit être créée partout où il y a plus de trois membres du Parti.

Près de 91,3% des entreprises publiques abritent des cellules du Parti, supervisant les opérations quotidiennes et participant à la prise de décisions au sein de l’entreprise. Les cellules du Parti sont également présentes dans 67,9% des entreprises privées et 58,9% des organisations sociales.

Consolider la ligne du parti et ses objectifs

Le parti s’est centré sur les « objectifs des deux centenaires », également connus comme les « objectifs stratégiques du développement économique et social lors de la nouvelle étape du nouveau siècle ».

Il s’agit d’une part de « faire de la Chine une société de moyenne aisance dans tous les domaines, avec des bénéfices qui doivent être ressentis par bien plus d’un milliard de personnes d’ici au centenaire du Parti ».

Et de l’autre, « élever le PIB par habitant de la Chine au niveau des pays modérément développés, et de réaliser la modernisation d’ici au centenaire de la République populaire de Chine ».

Le président Xi Jinping s’est exprimé, en ouverture du congrès, durant trois heures et vingt-trois minutes, au cours desquelles il a qualifié la période de « nouvelle ère du socialisme aux caractéristiques chinoises ».

Pour ce dernier, la pensée est « la continuation et le développement du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée importante de la ‘Triple Représentation’ et du concept de développement scientifique ». Ce dernier a souligné dans son rapport présenté lors de la session d’ouverture du 19e Congrès national du PCC, que cette voie « représente le dernier acquis de la sinisation du marxisme ».