David Mulroney, ancien ambassadeur du Canada en Chine et actuel président du Collège St Michael à l’Université de Toronto, a expliqué que la démarche numérique engagée par le Premier ministre, Justin Trudeau est « intelligente ».

En effet, ce dernier a fait appel aux médias sociaux pur s’adresser aux chinois lors de sa visite en Chine. « Il y a quelques limitations, mais les médias sociaux fournissent un accès à la population chinoise qui n’a jamais été offert auparavant », a indiqué David Mulroney.

« Est-ce que cela nous donne 100 % d’accès? Non, mais c’est certainement une alternative vraiment efficace aux médias d’État chinois », a estimé l’ancien diplomate sur Radio Canada Internationa. Il a expliqué que les chinois « seront intéressés par quelqu’un dont le père a contribué à établir une relation avec la Chine. Ils seront intéressés par quelqu’un qui est jeune, qui a une famille, qui est différent, qui est évidemment intéressé par la Chine ». D’ailleurs, « il a un message puissant, et je pense que ce serait vraiment sage pour nous de tirer le meilleur parti de celui-ci ».

Lors d’une tribune devant des hommes d’affaires chinois, Justin Trudeau a réitéré sa volonté de resserrer les liens culturels et économiques entre les deux pays, voulant « construire des relations à long terme solides ».

« Une relation plus forte entre nos deux pays va ouvrir des portes, créer de nouvelles occasions d’affaires pour les entreprises canadiennes et donner la chance aux entreprises chinoises d’étendre leurs investissements au Canada« , a argumenté le Premier ministre.

Justin Trudeau, et son homologue, Li Keqiang, se sont entendus pour approfondir les relations entre leurs pays, y compris de discuter de la conclusion possible d’un accord de libre-échange. Avant cela, ils devraient lancer une étude de faisabilité sur la capacité des deux pays de conclure un accord commercial.

D’autant plus que la Chine est le 2nd partenaire commercial du Canada. En 2015, Hong Kong était le 8me plus vaste marché d’exportation de marchandises du Canada, avec un montant de près de 3,9 milliards de dollars.

Le commerce bilatéral de marchandises a atteint 85,8 milliards de dollars en 2015, soit 10,1% de plus qu’en 2014 et 8,1% de l’ensemble des échanges commerciaux de marchandises pour le Canada.

La relation du Canada avec la Chine en matière d’investissement direct étranger (IDE) bilatéral se chiffrait à 33 milliards de dollars à la fin de 2015 et la relation en matière d’investissement bilatéral avec Hong Kong s’élevait à 23,7 milliards de dollars en 2015, révèle site du Premier ministre.

Mais pour Justin Trudeau, « une relation plus stable va bénéficier aux citoyens chinois et canadiens en permettant un dialogue régulier et franc sur les enjeux de bonne gouvernance, de droits humains et de la règle de droit« . Lors de la conférence de presse conjointe, le Premier ministre a assuré évoqué la situation des Droits de la personne et notamment le cas de Kevin Garratt, emprisonné depuis plus de 2 ans en Chine pour espionnage.

Justin Trudeau a assuré qu’il faisait mention de ce dossier, lors de rencontre avec des leaders chinois, sans donner plus de détails sur ses entretiens Concernant Kévin Garratt. De son côté, Li Keqiang a affirmé que la Chine était un État de droit et que les détenus étaient traités de façon humaine.