lundi, février 12

Pas de repli de l’économie en mai

En janvier, l’activité manufacturière avait alors enregistré son plus fort repli depuis 2013, confirmant le ralentissement persistant du secteur industriel. Cinq mois plus tard, les autorités reprennent leurs soufflent. Passant d’un indice des directeurs d’achat (PMI) de 49,4 en janvier à 50,1 en avril, le pays voit son activité manufacturière légèrement progresser, au même rythme que le mois précédent et pour le 3ème mois consécutif.

Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l’activité manufacturière, et un indice inférieur à ce seuil signale une contraction. A contrario, l’agence Bloomberg tablait sur une stabilisation de l’activité à 50. « Ces chiffres suggèrent qu’un brusque repli (de l’économie) en mai n’est pas probable« , ont indiqué à l’Agence France Presse, les analystes de la banque ANZ. Ils assurent que ces données sont « encourageantes » car elles « écartent la perspective d’un vaste assouplissement monétaire supplémentaire à court terme ».

Un tableau pas si rose

Pour faire face à un possible repli, la Banque Populaire de Chine a multiplié depuis un an et demi les réductions de taux d’intérêts et les mesures ultra-accommodantes. Mais, pour le cabinet indépendant de recherche Caixin Insight Group, l’indice PMI s’est établi à 49,2 en mai, contre 49,4 en avril, suggérant une contraction aggravée de l’activité manufacturière chinoise. De même, le cabinet – lié au groupe de médias Caixin – a également calculé en janvier l’indice PMI, qui s’était établi à 48,4 pour janvier contre 49,4 pour le BNS.

Binhai News Area Tianjin avant explosions 082015« De mauvaises conditions de marché ont conduit à une chute de la demande (…) Les nouvelles commandes à l’exportation ont plongé », ont commenté auprès de l’AFP, les experts de Caixin Insight. « Le rythme des suppressions d’emplois reste élevé », les firmes continuant de sabrer leurs effectifs pour gagner en productivité.

Zhong Zhengsheng, économiste du CEBM Group, cité dans le communiqué de Caixin, a expliqué que « dans l’ensemble, l’économie chinoise a été incapable de prolonger le sursaut enregistré au premier trimestre ».

« Il reste nécessaire que le gouvernement fasse pleinement usage de mesures proactives de relance budgétaire doublée d’une politique monétaire prudente pour empêcher l’économie de s’enfoncer davantage« , a estimé Zhong Zhengsheng.

Les autres indicateurs selon le BNS

A contrario de cette légère hausse, l’Indice des directeurs d’achat (IDA) s’est établi à 50,1 le mois dernier, contre 50,2 en mars 2016, selon le BNS et la Fédération chinoise de la logistique et des achats.

Le statisticien du BES, Zhao Qinghe, a indiqué aux médias que « l’activité manufacturière du pays a maintenu une croissance stable le mois dernier, en partie en raison de la reprise du marché immobilier et de l’accélération de la construction d’infrastructures ».

D’ailleurs, le sous-indice de la production s’est établi en avril à 52,2, contre 52,3 en mars, restant supérieur au niveau moyen du premier trimestre de 51,3. « Grâce aux mesures gouvernementales en faveur de la croissance et de la réforme du côté de l’offre, la demande du marché a continué d’augmenter le mois dernier« , a estimé auprès l’agence de presse Xinhua, Zhao Qinghe.

De son côté, le sous-indice des nouvelles commandes a atteint 51, soit son 2nd plus haut niveau depuis l’an dernier. « Les prix des matières premières ont poursuivi leur tendance à la hausse en avril, tandis que le sous-indice des prix d’achat s’est élevé à 57,6, son plus haut niveau en près de deux ans« , note le Bureau National des Statistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *