Pékin a fermé le 4 mai des dizaines de stations de métro pour restreindre les déplacements et lutter contre le Covid-19. Pour le moment, la ville de 21 millions d’habitants ne recense que quelques dizaines de cas quotidiens.

Selon Ding Jianhua, du Bureau municipal du commerce de Beijing, de nombreux cas enregistrés lors de la dernière flambée dans la capitale ont été contaminés dans des restaurants. Raison pour laquelle, les restaurants de Beijing ont suspendu les repas sur place et passeront aux services de livraison du 1er au 4 mai, afin de réduire les risques d’infection croisées.

Dans le même temps, Pékin se prépare également à construire des hôpitaux de fortune pour parer à toute éventualité. Ainsi, Li Ang, directeur adjoint de la Commission municipale de la santé de Pékin, a indiqué que près de 4 000 lits ont été jusqu’à présent réservés pour les infections au Covid-19 dans la capitale, et d’autres lieux seront transformés en hôpitaux de fortune à grande échelle en cas de besoin.

Les habitants de la capitale, où 51 nouveaux cas ont été rapportés le 4 mai, redoutent que leur ville ne soit à son tour confinée. Les ensembles résidentiels où des contaminations ont été recensées sont cadenassés afin d’empêcher les habitants d’en sortir.

Pourtant, les habitants du district de Chaoyang ont été invité à travailler à domicile. Ce district, le plus peuplé, abrite de nombreux employés, invités à travailler à domicile à partir de ce 5 mai, et ceux qui doivent travailler dans leurs bureaux doivent voyager seuls et réduire les rassemblements dans les entreprises, a déclaré Xu Hejian, porte-parole du gouvernement municipal de Beijinglors de la conférence de presse de mercredi.

D’ailleurs, lors des congés de la Fête du Travail, au cours de laquelle les chinois voyagent habituellement de façon massive, les sites touristiques étaient quasi-déserts. Les restaurants ont interdiction d’accueillir des clients, et les habitants ont commencé à faire des provisions de nourriture et de produits de première nécessité par crainte d’un confinement.

Le métro de Pékin a fermé une quarantaine de stations mercredi – soit environ 14% du réseau – dont beaucoup se trouvent à proximité de zones confinées, selon sa page WeChat. « Les entrées et les sorties des stations seront fermées… mais les changements (de ligne) pourront être effectués à l’intérieur des stations », précise l’avis.

Dans le même temps, les bus sur d’autres itinéraires sauteront certains arrêts ou ne circuleront que dans certaines zones des lignes.

Pour Wu Hao, expert au sein du Comité consultatif sur la prévention et le contrôle des maladies de la Commission nationale de la santé ainsi que chef du centre de services de santé communautaire de Fangzhuang à Beijing, « l’épidémie à Beijing est toujours sous contrôle, car les conditions météorologiques récentes ont été inadaptées à la transmission du virus ».