Entre 50 et 60 millions de personnes sont sujets aux troubles du sommeil et seuls moins de 2% sont diagnostiqués et traités.

A l’occasion, la 18e journée internationale du sommeil, le 21 mars, la Société chinoise de recherche sur le sommeil a publié un rapport intitulé «Enquête sur le diagnostic et le traitement des troubles du sommeil» ainsi que le «Livre blanc 2018 sur le sommeil des internautes».

Les chinois manquent cruellement de sommeil

Pénurie de spécialiste du sommeil

Ces deux études révèlent que 50 à 60 millions de personnes soufrent de troubles du sommeil et qu’ils sont moins de 2% à être diagnostiqués et traités. De plus, 56% des internautes pensent souffrir de troubles du sommeil tels que les insomnies.

Ainsi, les chercheurs ont montré que 50% des internautes reconnaissent être sujets à des troubles du sommeil, principalement causés par les soucis d’ordre professionnel. Dans les métropoles du pays, Beijing est en tête de liste, pour abriter le plus de jeunes ayant un manque de sommeil.

Outre, les chiffres révélés sur le nombre croissant de personne en manque de sommeil, le pays souffre surtout d’une pénurie de médecins spécialisés dans les troubles du sommeil

Dans un article du journal Beijing News, Han Fang, président de la Société chinoise de recherche sur le sommeil, a expliqué que «même si le pays dispose de plus de 2 000 cliniques spécialisées dans le sommeil, les capacités d’accueil sont bien en-deçà des besoins actuels : on compte 5,8 lits d’hospitalisation pour 1 million de personnes atteintes de troubles du sommeil dans les régions développées».

Ce dernier a assuré qu’il «y a un manque évident de lits et de personnels. Alors que des milliers de médecins spécialisés dans le sommeil exercent aux États-Unis, il n’en existe pas en Chine».  La situation est d’autant plus alarmante, car selon les études de la société nationale du sommeil, une personne dort en moyenne 7 heures par nuit, mais 56% des internautes pensent avoir des troubles du sommeil.

60%, des individus nés à partir des années 90 sont particulièrement touchés, entraînant une hausse record des ventes en ligne depuis 2015 d’accessoires d’aide au sommeil, tels que les masques pour les yeux, les protections auditives sous forme de bouchons d’oreilles et les patchs detox à placer sous la voûte plantaire. De plus, 60% des personnes interrogées préfèrent finir certaines tâches professionnelles au détriment du sommeil.

Le bruit, facteur de stress et de manque de sommeil

Le travail au détriment du sommeil

Les habitants des grandes villes dorment en moyenne moins de 7 heures par nuit, et sont particulièrement déficitaires en matière de sommeil, selon le Livre blanc.

Ainsi, il a été démontré que les personnes exerçant dans les secteurs financiers, des services et les agences gouvernementales sont les plus concernés par la cette maladie.

67% des professionnels de la finance ont leur qualité de sommeil affectée par des heures supplémentaires, une forte pression au travail, des soucis d’ordre personnel, des facteurs environnementaux et des habitudes de vie. 58% des internautes interrogés déclarent préférer réduire leur durée de sommeil pour finir certaines tâches professionnelles.

Selon les chiffres révélés par le Livre blanc, 90% des personnes interrogées passent en moyenne 65 minutes sur leur téléphone avant d’aller au lit (visionnage de vidéo, messagerie instantanée), et ils sont 58% à y consacrer 80 minutes en moyenne, notamment les moins de 25 ans.

Les experts ont expliqué que la lumière bleue, émise par les écrans (téléphones mobiles, ordinateurs, tablettes), déclenche dans le corps humain des mécanismes d’éveil. Ainsi, passer du temps sur son portable ou sa tablette avant d’aller se coucher peut prolonger le temps d’endormissement, réduire la durée du sommeil et plonger l’individu dans un état de fatigue dès le réveil.

Le Rapport 2018 révèle que 57,7% des moins de 25 ans de Hong Kong, Macao et Taïwan utilisent leur téléphone portable avant d’aller dormir, se consacrant majoritairement à  discuter et partager des liens sur Weibo, à rester sur WeChat (application mobile de messagerie instantanée), à visionner des vidéos, avoir diversses discussions en ligne et jouer à des jeux. Ils ne sont que 10,2% à lire des livres le soir.

En outre, le rapport révèle que les jeunes de moins de 25 ans de Taipei sont ceux qui se couchent le plus tard, 32,6% d’entre eux s’endorment entre 1 h et 3 h du matin. Leur durée moyenne de sommeil se situe entre 5 et 7 h par nuit pour 42,7% des personnes interrogées.

Macao se place à la tête des villes où les jeunes moins de 25 ans dorment le plus, avec en moyenne de plus de 8 h de sommeil par nuit pour près de la moitié d’entre eux. Enfin, les jeunes de Beijing sont ceux qui se lèvent le plus tôt, tandis que les jeunes de Shenzhen se lèvent plus tard que le reste de la population.

Les jeunes dorment de moins en moins