Le président philippin Rodrigo Duterte a fait part de son étonnement face à l’annulation du voyage aux Philippines du ministre chinois du commerce, assurant que Beijing avait mal compris les propos de son ministre des affaires étrangères sur la militarisation chinoise en mer de Chine méridionale.

Mer de Chine méridionale. La résolution du conflit est loin devant

Le président philippin a rappelé sa volonté de resserrer les liens avec la Chine, et que de fait, Beijing n’avait pas à se presser pour se mettre en conformité de la décision de la Cour Permanente d’Arbitrage.

Le ministre des affaires étrangères, Perfecto Yasay, a présidé une réunion des ministres des affaires étrangères de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), au cours de laquelle, il a fait part des « vives inquiétudes » de ces derniers, concernant la présence chinoise en mer de Chine.

« Le problème est que je pense que le secrétaire Yasay a été mal compris par le gouvernement chinois« , a déclaré Rodrigo Duterte.  « Je voudrais assurer la Chine, et c’est ce que je m’étais engagé à faire quand j’étais là-bas (visite en Chine, en décembre 2016), que nous allons parler en tant qu’amis« , a-t-il insisté.

Le ministre chinois du Commerce, Gao Hucheng, a décidé à la dernière minute de reporter un voyage officiel du 2 mars aux Philippines, qui devait aboutir à la signature de près de 40 projets conjoints d’une valeur de plusieurs milliards de dollars. Le ministère n’a fournit aucune explication à cette annulation.

Toutefois, celle-ci pourrait s’expliquer par le remplacement de Gao Hucheng, à la tête du ministère du commerce, en raison d’un remaniement avant des 5èmes sessions de la 12ème Assemblée Populaire Nationale et du 12ème Comité national de la CCPPC.

Cependant, vendredi, le gouvernement chinois a annoncé la nomination d’un nouveau ministre du Commerce pour remplacer Gao, dans le cadre d’un remaniement avant une réunion cruciale du parti communiste plus tard cette année.

Arrivé au pouvoir l’an dernier, Rodrigo Duterte a tourné le dos aux Etats-Unis préférant s’allier à la Russie et à la Chine. En effet, ce dernier attend les prêts sans intérêts, les dons et contrats de Beijing, dans le cadre des différentes politiques étrangères menées par la Chine, dont une Ceinture et une Route (nouvelle route de la Soie), de l’ASEAN, de l’OCS, etc.

Réitérant sa position, il a indiqué que « nous ne pouvons pas aller à la guerre parce que nous ne pouvons pas nous le permettre », a-t-il dit. « Dans la mesure du possible, les relations bilatérales entre les deux pays seraient renforcées et améliorées et les échanges commerciaux entre les deux pays seraient grandement améliorées » a ajouté Rodrigo Duterte.

De son côté, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré jeudi que les remarques du ministre philippin Perfecto Yasay étaient « déconcertantes et regrettables » et qu’il espérait que « M. Yasay pourra suivre le consensus dégagé par les deux dirigeants (Xi Jinping et Rodrigo Duterte) et le désir commun des pays de la région ; faire preuve de prudence ; et faire des efforts concrets pour maintenir les relations sino-philippines et la paix et la stabilité régionales ».