Le secteur des services, notamment les activités liées à Internet, devrait continuer à devancer les autres secteurs en 2018, soutenant de nouveau la croissance du pays, et attirer les investissements directs étrangers.

Tang Jianwei, analyste de la Bank of Communications, a estimé auprès de l’agence de presse Xinhua que « le rythme de la croissance du secteur des services dépassera celui du secteur industriel, grâce à l’essor de l’économie numérique ». De plus, « la réforme structurelle du côté de l’offre entraînera une modernisation au sein des industries, apportant une amélioration de l’efficacité et de la qualité des entreprises ».

Selon les dernières données du Bureau national des statistiques ce secteur a enregistré une croissance de 8% en glissement annuel, surpassant celle de l’économie globale à 6,9%.

De son côté, la société japonaise d’investissement, Nomura, a souligné que « les contributions des secteurs traditionnels des services, comme l’immobilier, la vente en gros et au détail, la finance, ainsi que la restauration, ont décliné au cours de l’année 2017 ou sont restées stable ».

« Nous pensons que les activités liées à Internet devraient continuer à enregistrer de bonnes performances, alors que la Chine effectue un rééquilibrage » vers un nouveau modèle économique, basé sur la consommation et les services, a noté Nomura.

La réforme structurelle de l’offre et l’essor de la classe moyenne ont convaincu  le gouvernement que la capacité de ses services peut attirer les investissements directs étrangers (IDE).

Les réformes de l’offre visent à améliorer les trois secteurs économiques : l’agriculture, l’industrie et les services. De plus, la protection de l’environnement, la production, ainsi que l’ouverture accrue des marchés chinois aux investisseurs étrangers sont également des domaines prioritaires.

De janvier à novembre 2017, les IDE dans le secteur des services ont augmenté de 13,5% en glissement annuel pour atteindre 582,75 milliards de yuans (72,3 milliards d’euros), soit 72,5% du total des investissements tous secteurs confondus.

L’industrie des services de haute technologie a utilisé 177,1 milliards de yuans d’IDE, soit plus du double du montant utilisé sur la même période l’année dernière, selon les données du ministère du Commerce.

Pour faciliter la venue des entreprises étrangères dans le pays, le gouvernement a raccourcit la liste des secteurs interdits aux investisseurs étrangers, réduisant également les restrictions à l’entrée sur le marché dans des domaines, tels que le transport et les services financiers.

« Les investisseurs étrangers quittent progressivement les industries à forte intensité de main-d’œuvre et se tournent vers les services et les industries à forte intensité de technologie en Chine », a indiqué Huo Jianguo, ancien président de l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique.

« Le développement du secteur des services est donc vital pour soutenir la croissance économique et encourager les flux de capitaux étrangers vers le pays », a assuré ce dernier, ajoutant que le pays « doit encore ouvrir ses portes dans certains secteurs monopolistiques tels que la santé et la banque pour libérer plus d’espaces ».