Les dirigeants des États membres de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) se sont engagés le 24 juin à accentuer leur coopération dans divers secteurs, et à construire avec la Chine, La Ceinture et la Route.

A cette occasion, les six états fondateurs (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan) ont signé la Déclaration de Tachkent célébrant le 15ème anniversaire de l’OCS, ainsi que plusieurs résolutions approuvant un plan d’action de développement de l’OCS au cours des 5 prochaines années.

Les présidents kazakh Noursoultan Nazarbaïev, kirghize Almazbek Atambaev, russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping et tadjik Emomali Tahmon ont approuvé les rapports de travail du secrétaire-général de l’OCS et l’institution anti-terroriste de l’organisation.

OCS 2016Ils ont également assisté à la signature de protocoles d’obligations pour l’Inde et le Pakistan pour leur adhésion à l’OCS, étape clef pour permettre aux deux pays d’entrer dans l’organisation, précise l’agence de presse, Xinhua.

15 ans d’entente économique et politique

Adopté en 2010, la Déclaration de Tachkent prévoit « la construction d’une organisation multilatérale efficace et ouverte pour la paix, la stabilité et la prospérité régionale ». La Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan se sont engagés à l’époque « à renforcer le soutien mutuel sur les questions liées aux intérêts fondamentaux de chacun ».

Ils se sont également accordés « à renforcer la coopération dans la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme et d’autres facteurs déstabilisateurs, à renforcer la coopération face à la crise financière mondiale et pour le développement des infrastructures dans la région », note le communiqué du 10e sommet annuel de l’OCS, le 11 juin 2010 à Tachkent.

Six ans plus tard, les six pays ont réitéré leurs engagements, lors de ce 15ème anniversaire de l’OCS. Créé en 2001, l’Organisation de coopération de Shanghai vise à renforcer les relation, faciliter la coopération, sauvegarder la paix, la sécurité et la stabilité régionales et créer un nouvel ordre politique et économique après la chute de l’URSS.

Depuis, la coopération au sein de l’OCS a donné « des résultats fructueux et toutes les conditions préalables sont désormais en place pour améliorer cette coopération« , souligne le compte-rendu de la présidence ouzbek, présenté lors de ce 16ème sommet à Tachkent.

La Ceinture et la Route, axe du développement économique

Dans un communiqué de presse, publié sur le site du quotidien Le Courrier du Vietnam, les pays de l’OCS se sont engagés à élever le niveau de la coopération, qui se caractérisera par « l’augmentation de l’efficacité de la coopération dans les domaines de la politique, de la sécurité, de l’économie, du développement des liens culturels et humanitaires ».

Les dirigeants chinois, kazakh, kirghiz, russe, tadjike, et ouzbèk se sont engagés à « œuvrer à une transformation profonde de l’économie mondiale à travers des réformes structurelles à grande échelle, une compétitivité diversifiée et accrue des économies et un développement innovant sur le long terme ».

« Fruit de ces 15 dernières années, un important potentiel de relations commerciales et économiques ainsi qu’une coopération en matière d’investissements laissent entrevoir un accroissement de cette coopération« , ont-ils assuré lors de leurs échanges.

Comme l’espéré le président chinois Xi Jinping, les présidents des cinq autres États ont réaffirmé leur soutien à son initiative, « La Ceinture et la Route« , promettant de la « construire ensemble », car elle est – selon eux – l’un des outils permettant de faciliter la coopération économique régionale.

OCSLa coopération multilatérale devrait s’accentuer dans les domaines de l’énergie, du transport, de la santé publique, de la science et des technologies, de l’éducation, de la protection de l’environnement, des sports, du tourisme et de la préservation du patrimoine culturel et naturel.

L’une des priorités de l’OCS est de lutter contre les « trois forces du mal » : terrorisme, séparatisme et extrémisme ; « dans toutes leurs manifestations » : production et trafic de stupéfiants, contrebande d’armes, de munitions et d’explosifs ou encore prolifération et propagation d’armes de destruction massive.

L’Inde et le Pakistan, bientôt membre

Le représentant spécial du président russe auprès de l’OCS, Bakhtier Khakimov, a expliqué que « l’adhésion de l’Inde et du Pakistan à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) n’entraînera pas une réforme de l’organisation, mais plutôt une correction des mécanismes de coopération« .

Lancée en 2015, la procédure d’adhésion de l’Inde et du Pakistan se précise avec la signature des mémorandums par les présidents des pays membres. « Nous espérons que le reste du chemin à faire sera franchi (…) avant notre prochain sommet au Kazakhstan », a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

De son côté, le président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, a indiqué que l’adhésion de ces deux pays marquait « le début d’une nouvelle étape du développement de l’organisation », selon l’agence de presse, Sputnik News. Avec l’adhésion de l’Inde et du Pakistan, l’OCS s’étendra sur plus de 60% du territoire de l’Eurasie et regroupera 45% de la population de la planète. Quant au PIB cumulé des pays membres, il s’élèvera à 19% du PIB mondial.

« Il n’y aura aucune réforme. Mais face au processus d’élargissement et à la perspective d’adhésion de nouveaux membres, il faudra apporter des correctifs aux mécanismes de la coopération« , a indiqué Bakhtier Khakimov.