samedi, février 10

Étiquette : camps de détention

La Chine prête à accueillir des observateurs européens au Xinjiang
Europe, RÉGIONS SPÉCIALES, Xinjiang

La Chine prête à accueillir des observateurs européens au Xinjiang

La Chine s'est dite "ouverte" à l'accueil d'observateurs dans la région autonome du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), après la demande de l'Union européenne (UE) d'avoir accès à cette région, le 15 septembre, où la Chine est soupçonnée de détenir un million de personne dans des centres. Touché par des attentats sanglants attribués à des membres de l'ethnie des Ouïghours, le Xinjiang fait face à une politique sécuritaire de la part du gouvernement, dans le but de lutter contre le terrorisme. Près d'un million de personnes sont ou ont été détenue dans des "camps", selon des organisations de défense des droits de l'Homme et les Etats-Unis. Après avoir nié cette accusation, la Chine a affirmé qu'il s'agit de "centres de formation professionnelle", destinés à aider la population à trouv...
Un Livre blanc sur le Xinjiang
RÉGIONS SPÉCIALES, Xinjiang

Un Livre blanc sur le Xinjiang

Le gouvernement a publié le 18 mars un livre blanc sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme et sur la protection des droits de l'homme au Xinjiang. Beijing assure "s'oppose fermement à toutes les formes de terrorisme et d'extrémisme, et reste résolu à frapper fort, conformément à la loi, contre tout comportement prônant le terrorisme et l'extrémisme et tout acte impliquant l'organisation, la planification et la mise en oeuvre d'activités terroristes ou la violation des droits de l'homme des citoyens". Les autorités assurent que la région est sous l'influence combinée des séparatistes, des extrémistes religieux et des terroristes. Elles notent que les attaques terroristes fréquentes - qui ont été préjudiciables à la vie et à la propriété des gens de tous les groupes eth...
Le Maroc va visiter les « camps de rééducation » au Xinjiang
RÉGIONS SPÉCIALES, Xinjiang

Le Maroc va visiter les « camps de rééducation » au Xinjiang

Le Maroc fait partie d’une liste de pays invités par la Chine à se rendre prochainement dans les "camps de rééducation"pour les chinois de confession musulmane, habitant dans la province du Xinjiang. Ces camps, présentés comme des centres de formation par Beijing, vise à lutter contre le terrorisme islamiste dans cette province où la communauté musulmane, les Ouïghours, est majoritaire. Pour plusieurs ONG et militants des droits de l’Homme, ces camps seraient en fait des "centres de rééducation politique fermés". Pointé du doigt par la communauté internationale, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) avait demandé en décembre 2018 au gouvernement chinois un accès direct à la région "pour pouvoir vérifier les informations préoccupantes" qu’il recevait à...
Beijing interrogé à l’ONU sur son programme d’internement
RÉGIONS SPÉCIALES, Xinjiang

Beijing interrogé à l’ONU sur son programme d’internement

La Chine est interrogée le 6 novembre par les pays membres de l'Organisation des Nations Unies sur son programme d'internement de citoyens musulmans. A lire aussi  La Chine admet l'existence de camps de détention  Près d'un million de Ouïghours et d'autres membres d'ethnies chinoises de langue turque sont ou auraient été détenus dans le Xinjiang, selon des estimations citées en août 2018 par un groupe d'experts de l'ONU. A lire aussi  Pas de camp de détention de Ouïghours  Dans le cadre de l'Examen périodique universel (EPU) prévu pour les 193 membres des Nations unies environ tous les quatre ans, les autorités chinoises présentent aux Nations Unies à Genève un rapport sur la situation des droits de l'Homme dans le pays, et les changements depuis son dernier rapport en 20...
Beijing admet l’existence de camps de détention pour musulmans
RÉGIONS SPÉCIALES, Xinjiang

Beijing admet l’existence de camps de détention pour musulmans

Après avoir nié l'enfermement d'environ un million de citoyens du Xinjiang, les autorités ont décidé d’entourer cette situation d’un cadre juridique, avec la publication d’amendements à la loi «anti-extrémisme». Malgré des preuves récoltées par des ONG et des médias étrangers, le gouvernement chinois a durant plusieurs mois niés l’existence de camps secrets de détention de musulmans au Xinjiang. Appelés «institutions de formation professionnelle», les autorités ont changé de discours et tenté de justifier l’enfermement d’environ un million de citoyens en proposant des amendements à la loi «anti-extrémisme». Ces nouveaux textes donnent un cadre légal en Chine à l’utilisation de «centres de formation professionnelle» pour «éduquer et transformer» les personnes influencées par une «idéo...