Taïwan a rejoint l’Accord relatif aux pêches dans le Sud de l’océan Indien (APSOI), le 4 juillet, et participé pour la première fois à la réunion des parties à l’accord qui se tenait cette année à l’île Maurice.

Taïwan y a été admis en tant qu’entité de pêche participante, sous le nom de «Taipei chinois». La République de Chine a ainsi rejoint l’APSOI avec l’objectif de défendre ses droits de pêche et ses intérêts dans l’océan Indien.

Il s’agira également d’aider au développement du secteur taiwanais de la pêche en mer, a expliqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’APSOI a été signé en 2006 à Rome et est entré en vigueur en juin 2012. Les autres parties contractantes sont l’Australie, la Corée du sud, la France, le Japon, les îles Cook, l’île Maurice, les Seychelles, l’Union européenne (UE), et la Thaïlande.

Cette organisation régionale de gestion de la pêche (ORGP) a pour objectif la conservation et la gestion des stocks autres que les thonidés dans la zone sud de l’océan Indien, en haute mer. La zone de régulation couvre une surface de plus de trente millions de kilomètres carrés. Le secrétariat permanent de l’APSOI est installé à La Réunion.

« L’appartenance de Taïwan à l’APSOI est importante car le pays est un acteur majeur dans l’océan Indien », a indiqué le ministère des Affaires étrangères. D’autant plus que selon le ministère les prises annuelles par des bateaux taïwanais opérant dans la zone sont estimées à 17 000 tonnes.

Il s’agit principalement de prises d’escolier (Ruvettus pretiosus), une espèce pour laquelle l’APSOI pourrait prochainement prendre des mesures de gestion des stocks, a précisé l’agence des Pêches, sous l’égide du ministère de l’Agriculture.

Les espèces actuellement surveillées par l’APSOI sont la tête casquée pélagique, la légine australe, deux espèces d’Oreosomatidae, l’hoplostèthe orange, le pailona commun, l’Hyperoglyphe antarctica et la dorade rose. Selon l’agence des Pêches, les pêcheurs taiwanais sont relativement peu intéressés par ces poissons.

En plus de l’APSOI, Taïwan est membre d’autres organisations régionales de gestion de la pêche : la Commission des pêches pour le Pacifique occidental et central (WCPFC), la Commission interaméricaine du thon tropical (IATTC), l’Organisation régionale de gestion de la pêche dans le Pacifique Sud (SPRFMO) et la Commission des pêches du Pacifique nord (NPFC).